Politique

Pour Valérie Pécresse, la déchéance de nationalité n'a pas sa place dans la Constitution (vidéo)

Pour Valérie Pécresse, la déchéance de nationalité n'a pas sa place dans la Constitution (vidéo)

ZAPPING - Mercredi, l’Assemblée devra voter la réforme constitutionnelle dans laquelle est intégrée la déchéance de nationalité. A droite, on continue de s’y opposer fermement et du côté de la gauche, on tente de se rassembler.

A nouveau, la déchéance de nationalité agite le débat public. L’Assemblée doit voter mercredi pour la réforme constitutionnelle qui intègrera la possibilité de déchoir un terroriste de la nationalité française. La droite continue de s’y opposer, tandis que la majorité tente de fédérer ses troupes afin d’éviter un couac parlementaire. Sur Télé Matin, Rachida Dati, Eurodéputée Les Républicains, s’est exprimé à ce sujet : "Le principe de la déchéance de nationalité, ça existe déjà. Il suffisait d’amender la loi sans passer par la Constitution. La Constitution, c’est la loi fondamentale de notre pays". Valérie Pécresse, Présidente LR de la région Ile-de-France a, quant à elle, expliqué qu’elle ne comprenait pas pourquoi "on met la déchéance de nationalité dans la constitution". "Cette déchéance de nationalité n’a rien à faire dans la loi constitutionnelle. C’est pour François Hollande, une façon de se présidentialiser" conclut-elle. De son côté, Bruno Le Roux, Président du groupe socialiste à l’Assemblée soutient, comme toujours, le gouvernement : "Ce serait une faute politique que de ne pas soutenir le gouvernement sur cette révision constitutionnelle. Chacun assumera derrière et chacun prendra ses responsabilités".

Réagissez à l'actu people