Politique

Penelope Fillon : la tension monte entre les journalistes d'Envoyé Spécial et une ancienne assistante parlementaire (vidéo)

Penelope Fillon : la tension monte entre les journalistes d'Envoyé Spécial et une ancienne assistante parlementaire (vidéo)

Ce jeudi 2 février "Envoyé Spécial" sur France 2 consacrait un reportage à l’affaire Penelope Fillon. Plusieurs journalistes sont allés à la rencontres d’anciens collaborateurs ou opposants de François Fillon, à la recherche de preuve, d’un quelconque travail fourni par la femme de ce dernier, parfois jusqu’à l’affrontement. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

C’est par Jeanne Robinson-Behre, ancienne assistante parlementaire de Marc Joulaud (maire de Sablé-sur-Sarthe depuis 2008) que le scandale est arrivé. C’est elle qui, le 25 janvier dernier, a déclaré dans les pages du "Canard Enchaîné", n’avoir jamais travaillé avec Penelope Fillon. Aujourd’hui adjointe à la mairie d’Angers, la femme semble "paniquée par le tsunami politico-médiatique qu’elle a déclenché", comme le raconte la voix-off du reportage d’"Envoyé Spécial", diffusé ce jeudi 2 février. L’émission, qui se penchait sur l’affaire qui agite la France, a bien-sûr voulu aller à sa rencontre et savoir ce qu’elle avait à dire sur les accusations d’emploi fictif. Une fois sur place c’est dans sa voiture que les journalistes interpellent l’élue, tentant de fuir leurs questions. Elle n’aura qu’une seule réponse aux lèvres  "je n’ai rien à vous dire".

"Je vais appeler la police"

La tension monte d’un cran avec celle qui a déclaré ne pas connaître "cette femme de ministre", lorsqu’elle demande aux journalistes de France 2 de bouger leur voiture car ils "bloquent tout le quartier" et que ceux-ci continuent de marteler leur question "avez-vous travaillé avec Penelope Fillon ?". L’entretien prendra fin quand Jeanne Robinson-Behr menacera d’appeler la police, avant de leur interdire de la filmer en posant sa main sur l’objectif de la caméra. Une tension qui traduit celle qui règne au sein du camp Républicains, répétant à l’unisson, face aux questions des journalistes d’"Envoyé Spécial", cette même phrase : "je n’ai rien à vous dire". 

Par Camille Esnault

Réagissez à l'actu people