Politique

Penelope Fillon : en 2007 elle affirmait n’avoir "jamais été l’assistante" de son mari (vidéo)

Penelope Fillon : en 2007 elle affirmait n’avoir "jamais été l’assistante" de son mari (vidéo)

En pleine tourmente médiatique suite aux soupçons d’emplois fictifs de sa femme et de ses enfants, François Fillon voit sa position un peu plus fragilisée par la diffusion d’une vidéo de son épouse Penelope datant de 2007. Dans une interview accordée au Sunday Telegraph, elle déclarait en effet n’avoir jamais été l’assistante de son mari. C’est le magazine Envoyé Spécial sur France 2 qui diffusera les extraits incriminants dans son numéro du 2 février.

"Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille." Cette élégante formule est signée Jacques Chirac et ce n’est pas François Fillon qui la démentira. Alors que l’ancien Premier ministre se débat péniblement dans l’affaire des emplois présumés fictifs de son épouse Penelope et de deux de ses enfants, Envoyé Spécial sur France 2 va diffuser une nouvelle vidéo gênante. Dans son numéro du 2 février, le magazine d’information a en effet exhumé une interview filmée de Penelope Fillon datant de mai 2007 et réalisée par le Sunday Telegraph. Dans l’entretien de 45 minutes, l’épouse du candidat assurait n’avoir "jamais été l’assistante" de François Fillon. "Je n'ai jamais été son assistante, ou quoi que ce soit de ce genre-là", confiait-elle précisément, indiquant aussi : "Je ne me suis pas occupée de sa communication non plus."

Une défense encore un peu plus fragilisée

Évidemment ces propos mettent à mal la défense déjà bancale de François Fillon. Après les révélations du Canard Enchaîné, l’ancien Premier ministre s’est en effet défendu en affirmant que Penelope Fillon travaillait pour lui "depuis toujours, depuis 1981, [sa] première élection." Pour le moment, François Fillon reste droit dans ses bottes. Hier il a reçu les parlementaires à son QG de campagne pour une réunion à huis-clos dont les détails ont fuité grâce à un enregistrement clandestin. Dans sa harangue, le candidat des Républicains à l’élection présidentielle exhorte ses partisans à la patience. Conscient de la fragilisation de sa candidature, il leur demande de « tenir » pendant "15 jours."

Une intervention qui n’aura pas suffi à éteindre l’incendie qui gagne dans les rangs de la droite. Plusieurs députés LR à l’instar de Georges Fenech estiment déjà que sa candidature est caduque et appellent à le remplacer.

Par Charles Maurice

Réagissez à l'actu people