Politique

ONPC : Olivier Besancenot s’écharpe avec Yann Moix et accuse les politiques de faire le jeu du FN

ONPC : Olivier Besancenot s’écharpe avec Yann Moix et accuse les politiques de faire le jeu du FN

Samedi soir dans "On n’est pas couché" Laurent Ruquier a reçu comme invité politique Olivier Besancenot. Et les téléspectateurs ont eu le droit à de belles joutes verbales entre l’ancien candidat à la présidentielle et Yann Moix. Le membre de la direction du "NPA" est également revenu sur le succès de Marine Le Pen et du Front National. Non Stop Zapping vous en dit plus.

A l’approche des prochaines élections régionales qui auront lieu début décembre et alors qu’il a publié un essai social intitulé "Le véritable coût du travail", Olivier Besancenot, membre de la direction du "Nouveau Parti Anticapitaliste" (NPA), était l’invité de Laurent Ruquier samedi soir dans "On n’est pas couché".

Et Yann Moix n’a pas manqué de lancer une petite pique à l’attention du facteur de Neuilly. "Vous avez une analyse politique qui devrait interroger et intéresser une majorité de Français qui sont dans la difficulté. Et donc ce qui me surprend, c'est pourquoi aussi peu de Français vous suivent ? Alors que vous décrivez une réalité qui devrait entrer en résonance avec leurs soucis quotidiens. Pourquoi est-ce que vous n'êtes plus qu'à 1%? Vous étiez à 10% en 2009".

Duel tendu entre Olivier Besancenot et Yann Moix

Ce à quoi a répondu Olivier Besancenot en toute franchise : "Mais je suis bien d'accord avec vous, moi non plus je ne comprends pas et j'espère qu'après ce soir ça va régler le problème !". Puis,  assailli de questions par Yann Moix à propos du conflit en Syrie, l'ex-candidat à la présidentielle de 2002 et 2007 s’est emporté contre le chroniqueur. "C'est quoi, c'est une garde à vue, ça se passe comment, on peut répondre ?"

Et durant son interview, un autre sujet a semblé fortement agacer Olivier Besancenot : La place médiatique que prennent Marine Le Pen et le Front National. Ils accusent même les politiques de faire le jeu du "FN". "Ce qui m’amuse, ce sont les responsables politiques qui s’émeuvent de ça et quand eux on le temps de parole, ils passent le plus clair de leur temps à lui courir après (...) Des fois, elle a même plus besoin de parler, il y en a beaucoup qui parlent à sa place", a-t-il expliqué avant de rajouter un peu plus tard dans l’émission : "Je pense que Le Pen, elle est bien aidée et bien sponsorisée par tous ceux qui lui courent après". 

Réagissez à l'actu people