Politique

NKM a-t-elle simulé son agression ? Son agresseur donne une autre version (vidéo)

NKM a-t-elle simulé son agression ? Son agresseur donne une autre version (vidéo)

Lundi 19 juin, Vincent Debraize, agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet, a été présenté au tribunal. Son avocat indique que selon son client, la députée LR aurait simulé son malaise. Séquence et explications sur Non Stop Zapping.

Le 15 juin dernier, Nathalie Kosciusko-Morizet a fait un malaise en pleine rue alors qu’elle était en train de distribuer des tracts pour le second tour des élections législatives, dans le 5e arrondissement de Paris. Ce malaise est survenu à la suite d’un incident : un homme s’en était pris à elle essayant de la frapper au visage avec un tract. Deux jours après, l’agresseur s’était rendu de lui-même à la police. Il s’agit de Vincent Debraize, 55 ans, maire sans-étiquette de Champignolles, un petit village dans l’Eure. Samedi 18 juin, il était placé en garde à vue.

Nathalie Kosciusko-Morizet coupable ?

Lundi 19 juin, Vincent Debraize devait comparaitre devant le tribunal correctionnel de Paris pour des faits de violences et outrage "sur personne chargée d’une mission de service public". Son avocat Me Lachenaud a demandé le renvoi de l’audience. Celle-ci est donc renvoyée au 11 juillet prochain. Lundi 19 juin, l’avocat donnait la version des faits de son client, mettant en cause Nathalie Kosciusko-Morizet et certaines personnes de son équipe. Selon lui, alors que Vincent Debraize s’entretenait avec la candidate, la discussion aurait dérapé et c’est Nathalie Kosciusko-Morizet  elle-même qui aurait déclaré : "Dégage connard !". "Il a repoussé simplement ses tracts et à partir de là, elle est tombée. Mon client indique que c’est une véritable simulation au moment où elle tombe (…) il semblerait qu’elle esquisse même un sourire au moment où elle tombe" a déclaré l’avocat de Vincent Debraize.

Par Sarah Mannaa

Réagissez à l'actu people