Politique

Nicolas Sarkozy à Ruth Elkrief sur BFMTV : "Vous me voyez comme un drogué"

Nicolas Sarkozy à Ruth Elkrief sur BFMTV : "Vous me voyez comme un drogué"

A l'occasion de sa journée en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine, Nicolas Sarkozy a accordé une interview exclusive à Ruth Elkrief sur BFMTV. Le président du parti Les Républicains a notamment évoqué son retour en politique. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Ce jeudi 29 octobre, Nicolas Sarkozy était à Moscou pour rencontrer Vladimir Poutine. A cette occasion, il avait accepté d'accorder une interview exclusive à Ruth Elkrief sur BFMTV. Alors que sa visite en Russie était critiquée, l'ancien président a assuré qu'il n'était pas venu dans l'intention de mener une diplomatie parallèle à celle du gouvernement de François Hollande. "Il n’y a qu’un seul président de la République, c’est François Hollande. Il mène une politique que je combats, mais je n’en parlerai pas à l’étranger. Je ne suis pas porte-parole de M. Hollande, qui a déjà du mal à porter sa propre parole" s'est-il exprimé.

Après avoir lancer un petit tacle au sujet du président de la République, Nicolas Sarkozy en a fait de même avec le Premier ministre. En effet, un peu plus tôt dans la journée, Manuel Valls avait déclaré au micro de Public Sénat qu'il souhaitait que les différents partis français aient une vision commune sur les sujets internationaux comme la Syrie : "Moi ce que je souhaite, c'est que l'opposition comme la majorité, sur les questions de politique étrangère, sur les questions de défense, nous nous retrouvions sur l'essentiel, que nous ayons une politique, une vision commune de ce qui se passe en Syrie."

"Vous me voyez comme un drogué, quoi !"

Au cours de cet entretien, Ruth Elkrief a également évoqué le retour en politique de Nicolas Sarkozy. "Vous êtes revenu en politique il y a un an alors que vous aviez évoqué le fait de peut-être lâcher la politique. [...] Et, vous y revenez, on se dit, bah on ne peut pas se passer de ça et en fait, quand on a été président de la République, on ne peut pas se passer de le redevenir. On ne peut pas ne pas aspirer à le redevenir" lui a lancé la journaliste.

Nicolas Sarkozy a alors une nouvelle fois présenté son retour comme un devoir lié à sa passion pour la France : "J'avais lâché la vie politique pendant 3 ans. Vous me voyez comme un drogué, quoi ! Quelqu'un qui ne peut pas débrancher comme ça, un espèce de frénétique. Et si tout simplement vous vous disiez une chose : mon parti après mon départ s'est divisé, en querelles pas toujours dignes ; le Front National s'est imposé comme une grande force politique dans le pays, ce qui me pose un problème ;  et on ne peut pas dire que l'action de Monsieur Hollande - je n'en dirai pas plus - soit absolument couronnée d'un contentement français incontestable. Je n'y peux rien, j'ai la France en moi, ça me passionne. J'avais une responsabilité, un devoir. J'ai choisi de revenir, pour redresser ma famille politique, pour préparer un projet d'alternance, pour gagner les départementales, pour gagner les régionales, pour me remettre au niveau de tous les problèmes et les grandes questions du monde."

Réagissez à l'actu people