Politique

Nicolas Sarkozy président, un ministre mis en examen restera au gouvernement (Vidéo)

   / 5  
Un ministre mis en examen, Nicolas Sarkozy ne le forcera pas à démissionner
1
Un ministre mis en examen, Nicolas Sarkozy ne le forcera pas à démissionner
Nicolas Sarkozy dans
2
Nicolas Sarkozy dans "L'Emission Politique"
Nicolas Sarkozy sur RTL
3
Nicolas Sarkozy sur RTL
Nicolas Sarkozy sur TF1
4
Nicolas Sarkozy sur TF1
Nicolas Sarkozy sur France 2
5
Nicolas Sarkozy sur France 2

Jeudi soir dans "L’Emission politique" sur "France 2", Léa Salamé et David Pujadas recevait Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite pour les élections présidentielles de 2017. Plusieurs fois mis en examen, l’ancien Chef de l’Etat a affirmé qu’il ne forcerait aucun ministre à quitter le gouvernement sous sa présidence, si ce dernier était mis en examen dans une affaire judiciaire. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Nicolas Sarkozy était jeudi soir le premier invité du nouveau programme de "France 2", "L’Emission Politique", présenté par Léa Salamé et David Pujadas. Et au début de l’émission, les premières questions ont tourné autour de son renvoi en correctionnelle dans le cadre de l’affaire Bygmalion. "Le juge a refusé de me mettre en examen pour les délits commis par les dirigeants de Bygmalion", a-t-il lancé avant d’ajouter : "J'assume toutes mes responsabilités, j'ai été lavé de toute accusation mettant en cause ma probité dans l'affaire Bygmalion". C’est alors que Léa Salamé lui a posé comme question : "Si vous êtes réélu président de la République, est-ce que vous appliquerez la jurisprudence Balladur - tout ministre mis en examen devra démissionner ?".

"Le respect de la présomption d'innocence ça compte"

Nicolas Sarkozy qui veut changer la constitution a alors répondu : "Non, non, non. Je crois beaucoup à l'État de droit comme vous et à la présomption d'innocence. J'ai trop vu ce qui s'est passé avec monsieur Baudis - paix à son âme - qui a été insulté, bafoué à longueur d'émissions de télévision, y compris sur le service public [...] pour s'apercevoir six mois après que c'était que des mensonges et que l'innocence...".L’ancienne snipeuse de "On n’est pas couché" a alors rétorqué : "Un ministre mis en examen reste au gouvernement et c'est ça la République irréprochable que vous proposez ?". "L'innocence, le respect de la présomption d'innocence, ça compte. Vous devriez considérer que c'est un principe absolu", a conclu Nicolas Sarkozy. 

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people