Politique

Mouvement social SNCF : Edouard Philippe dénonce "un détournement du droit de retrait" (vidéo)

Mouvement social SNCF : Edouard Philippe dénonce "un détournement du droit de retrait" (vidéo)

Le droit de retrait des conducteurs du réseau SNCF se poursuit ce samedi 19 octobre et perturbe fortement le trafic. Le Premier ministre Edouard Philippe dénonce "une grève sauvage". Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

En ce premier jour de vacances scolaires, le trafic SNCF est très perturbé. Tous les trains Ouigo ont été annulés tandis que les réseaux Intercités et TER sont fortement impactés en France. Cet arrêt de travail fait suite à l'accident survenu mercredi avec le TER reliant Charleville-Mézières à Reims percuté par un convoi routier exceptionnel coincé sur un passage à niveau, à Saint-Pierre-sur-Vence (Ardennes). La direction et les syndicats n'avaient pas tourvé de compromis lors d'une réunon pour lever le droit de retrait initié par les conducteurs vendredi. Face à cette perturbation, le patron de la SNCF, Guillaume Pepy a dénoncé sur BFMTV : "Ce n'est pas un droit de retrait. (...) C'est une grève surprise qui ne respecte pas la loi". Pour juger s'il s'agit bien d'une grève et non d'un droit de retrait, le PDG de la SNCF a indiqué étudier "la voie judiciaire". 

"Un détournement d'un droit de retrait"

Présent à la gare de l'Est, le Premier ministre Edouard Philippe a rejoint les propos de Guillaume Pepy et dénonce "un détournement d'un droit de retrait qui s'est transformé en grève sauvage". "J'ai demandé à la SNCF d'examiner toutes les suites y compris judiciaires" a-t-il indiqué. Alors que des agents de conduite et des contrôleurs dénoncent les contrôles des trains sans contrôleur, le porte-parole du syndicat Sud Rail a assuré sur BFMTV que "s'il y a des annonces claires de retour de contrôleurs sur les trains TER, les agents vont tous reprendre le travail". 

 

 

 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people