Politique

Montpellier : Une élue rappe en plein conseil pour critiquer le maire (vidéo)

   / 5  
Une élue a critiqué le maire de Montpellier en rappant
1
Une élue a critiqué le maire de Montpellier en rappant
Sabria Bouallaga a voulu célébrer son exclusion de la majorité municipale
2
Sabria Bouallaga a voulu célébrer son exclusion de la majorité municipale
Elle s'est alors lancée dans un rap en plein conseil
3
Elle s'est alors lancée dans un rap en plein conseil
Pendant près de deux minutes
4
Pendant près de deux minutes
Elle a été applaudie par une partie de l'assemblée
5
Elle a été applaudie par une partie de l'assemblée

Sabria Bouallaga a surpris le maire de Montpellier Philippe Saurel lors du conseil municipal du 28 avril dernier. L’élue s’est adressée à lui en rappant pendant plus d’une minute. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur Non Stop Zapping.

En novembre dernier, Non Stop Zapping vous faisait part de l’action d’un élu du Parti socialiste. Député-maire de Boulogne-sur-Mer et ancien ministre des Transports, Frédéric Cuvillier s’était opposé à la montée du Front National dans un clip humoristique où il chantait ainsi : "Quand Le Pen monte, j'ai honte, j'ai honte. Quand elle descend, j'suis content. Quand elle s'ra basse, elle r'prendra l'train d'Arras. Sans la tête haute, et sans nos votes !" Il y a quelques temps, des élus de droite s’étaient eux livrés à des dérapages scandaleux sur les musulmans dans l’Autre JT sur France 4.

"Jetée en pâture pour motif, je crois, d'excès de liberté d'expression"

Sabria Bouallaga, élue de la ville de Montpellier, a de son côté choisi un moyen original pour exprimer son mécontentement. Le 28 avril dernier, lors du conseil municipal présidé par le maire Philippe Saurel, elle a célébré le premier anniversaire de son exclusion de la majorité municipale. Après avoir demandé au maire s’il était d’accord pour entendre quelques phrases de rap, elle s’est exécutée pendant près de deux minutes. "Il y a un an jour pour jour vous avez voté mon exclusion. Jetée en pâture pour motif, je crois, d'excès de liberté d'expression", a-t-elle débuté avant de conclure ainsi : "Mais aujourd’hui c’est un management et une direction en situation de banqueroute. Il est temps de mettre fin à ce fonctionnement qui vous mènera sans nul doute, à la déroute."

Malgré quelques balbutiements et des rires contenus pendant son discours, elle a été applaudie par une partie de la salle.

Réagissez à l'actu people