Politique

Marine Le Pen : une Femen aux seins nus interrompt son discours (vidéo)

Marine Le Pen : une Femen aux seins nus interrompt son discours (vidéo)

Une militante des Femen a interrompu un discours de Marine Le Pen le jeudi 23 février. Seins nus, la jeune femme a alors crié : "Marine féministe fictive !" Une vidéo que nous vous proposons de découvrir sur le site Non Stop Zapping.

Marine Le Pen faisait une conférence de presse sur toutes les questions internationales le jeudi 23 février à Paris. Malheureusement pour la candidate à l'élection présidentielle 2017 pour le parti du Front National, une Femen a interrompu son discours. La jeune femme aux seins nus était alors marquée au feutre avec un slogan : "Marine, féministe fictive !" La femme a ensuite été évacuée par le service de sécurité le DPS (Département protection sécurité). La raison ? Sur les réseaux sociaux, les Femen dénoncent avec fermeté "la campagne faussement pro-femmes de la candidate d'extrême droite, ainsi que les emplois fictifs du Front National au Parlement européen".

Les Femen récidivent après de nombreux incidents

Depuis 2015, les féministes perturbent régulièrement les meetings de la Président du Front National. Lors d'un discours à Paris le 1er mai 2015, trois militantes Femen avaient surgi sur un balcon au-dessus de la place de l'Opéra. Lançant des fumigènes, elles avaient déroulé des banderoles où ils étaient écrits : "Heil Le Pen", et faisant le salut nazi. Alors que certains agents n'avaient pas hésité à s'en prendre physiquement aux trois femmes, l'évacuation était très musclée. Marine Le Pen avait à la suite de ces incidents demandé la dissolution des Femen. Elle avait même qualifié ces militantes de "harpies obscènes". Le 1 mai 2016, les militantes avaient tenté une nouvelle opération coup de poing en scandant : "fascistes, restez planqués" ou "Vive la fin du Front National". Dans un tweet, les militantes avaient alors écrit : "nous sommes fières de nettoyer les rues démocratiques et laïques de la sale haine de Marine Le Pen".

Par Maxime Carignano

Réagissez à l'actu people