Politique

Marine Le Pen : Bernard-Henri Lévy s’oppose farouchement au FN (Vidéo)

Marine Le Pen : Bernard-Henri Lévy s’oppose farouchement au FN (Vidéo)

Face à la possibilité de voir Marine Le Pen à la tête de la France, Bernard-Henri Lévy a organisé, vendredi 5 mai à la Maison de la Chimie à Paris, un rassemblement contre l'abstention pour faire barrage au FN. Manuel Valls, Christian Estrosi, la journaliste Audrey Pulvar ou encore l’actrice Sandrine Kiberlain avaient répondu à l’appel du philosophe. Des images à retrouver sur Non Stop Zapping.

Ce n’est un secret pour personne, Bernard-Henri Lévy et Marine Le Pen ne partiront jamais en vacances ensemble. Et l’idée de voir la candidate du Front national à la tête de la France après le second tour de la présidentielle ce dimanche n’est pas une solution envisageable pour le philosophe. Ainsi, à son initiative, BHL a organisé, vendredi 5 mai à la Maison de la Chimie à Paris, un rassemblement contre l'abstention pour faire barrage au FN. "L'idée de cette soirée est née d'un constat simple : le contraste entre 2002 et 2007. En 2002, le FN au second tour fut vécu comme un tremblement de terre. Des millions de manifestants ont défilé dans les rues. Aujourd'hui, nous n'avons pas l'ombre de cette mobilisation", a-t-il confié en débutant son discours.

BLH vs Marine Le Pen

A cette réunion du "Front républicain" se sont retrouvés plusieurs personnalités politiques comme le sénateur (LR) Jean-Pierre Raffarin, l'ancien maire de Nice (LR) Christian Estrosi, la députée (LR) Nathalie Kosciusko-Morizet ou encore l'ancien Premier ministre (PS) Manuel Valls. Mais aussi la journaliste Audrey Pulvar, suspendue d’antenne par "CNews" ou encore l’actrice Sandrine Kiberlain. Ce rassemblement a pris fin vendredi à 23h59. L'heure exacte de la fin de cette campagne. Au détour d’un couloir comme le confie "L’Obs", Bernard-Henri Lévy a justifié la tenue de cette réunion en déclarant : "Alors puisque le FN critique l'élite, l'élite devrait se taire ?". A noter, toujours selon "L’Obs", que pour venir écouter "l’élite" les visiteurs ont dû s’acquitter de 20 euros.

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people