Politique

Lutte antiterroriste - Eric Woerth : "La France ne peut pas attendre qu’on la frappe" (vidéo)

Lutte antiterroriste - Eric Woerth : "La France ne peut pas attendre qu’on la frappe" (vidéo)

ZAPPING - Ce mardi, le journal "Le Monde" a dévoilé les grandes lignes du projet de loi antiterroriste que le gouvernement a transmis au Conseil d’Etat. Au programme notamment : renforcement des pouvoirs du parquet, de la police et des préfets.

Mercredi matin, sur les chaînes de télévision et sur les stations de radios, les politiciens de tous bords se sont livrés au sujet de la lutte antiterroriste et notamment du projet de loi transmis par le gouvernement au Conseil d’Etat. Ce dernier avait été présenté, en partie, par Christiane Taubira, garde des sceaux, le 23 déembre et parlait d’adapter le "dispositif législatif de lutte contre le crime organisé(…) et le terrorisme". Sur le plateau de BFMTV, Florian Philippot, vice-président du Front National, a donné son avis. Un avis plus que contrasté : "Ca me parait être des mesures intéressantes mais ca me parait très faible par rapport à l’enjeu. Moi, j’ai l’impression qu’on discute de la couleur de la passoir mais pas de la passoir". Invitée sur le plateau de Télé Matin, Elisabeth Guigou, Présidente de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale, elle, n’est pas contre mais souligne l’importance des juges : "Je ne suis pas contre l’amélioration des instruments juridiques à la disposition soit des magistrats, soit des policiers. Mais je dis qu’il faut faire très attention et qu’on ne peut pas s’abstraire du contrôle du juge". Quand à la Présidente "Les Républicains" de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, elle déclare vouloir en savoir plus : "Vous savez que je suis pour l’ordre, la sécurité et l’autorité donc je suis plutôt pour donner de l’efficacité aux forces de police. Maintenant, je voudrais aussi qu’on donne plus d’efficacité à la justice et qu’on lui donne un vrai pouvoir d’agir. Je veux voir le tableau global".

Henri Guaino : "Ca ne me parait pas déraisonnable"

Mais si ce projet de loi gêne une partie de la classe politique, certains s’en réjouissent et trouvaient le temps long. "Je le propose depuis un an. Nous avons besoin d’adapter notre droit dans le domaine de la lutte antiterroriste et nous avons besoin, aussi, de mettre en face, des moyens de contrôle qui n’existent pas dans notre pays" a déclaré Jean-Christophe Lagarde, Président de l’UDI, sur la chaîne Public Sénat. De son côté, Henri Guaino, Député "Les Républicains" des Yvelines, est rassuré de voir le gouvernement à l’action : "Ca ne recouvre pas l’état d’urgence et ca ne me parait pas déraisonnable, au contraire. Ce qui serait déraisonnable c’est de continuer à ne rien faire". Pour Eric Woerth, Secrétaire général du parti, "Les Républicains", la France "ne peut pas jouer les oies blanches et attendre qu’on la frappe" et doit "disposer des outils dans le respect des libertés publiques".

Réagissez à l'actu people