Politique

Louis Aliot accuse Quotidien et Mediapart d’espionnage (vidéo)

Louis Aliot accuse Quotidien et Mediapart d’espionnage (vidéo)

Louis Aliot était mardi matin l’invité d’Audrey Crespo-Mara sur LCI. Le député européen du Front National a tenté d’expliquer pourquoi certains médias comme Mediapart et Quotidien étaient continuellement interdits d’accès aux meetings de Marine Le Pen. Le compagnon de Marine Le Pen a lancé des accusations d’"espionnage". Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Cela fait maintenant de longs mois qu’à chaque meeting de Marine Le Pen, c’est la même chose. Les journalistes sont acceptés... mais pas tous. A chaque déplacement de la candidate du Front National, les journalistes de Mediapart et de "Quotidien" manquent à l’appel. La direction du FN a en effet jugé ces deux médias indésirables et ne souhaite plus les voir assister à ses rassemblements. Lundi, la présidente du Front National est même allée encore plus loin en interdisant carrément aux journalistes présents à son meeting à Villepinte de s’entretenir avec ses militants sous peine d’être expulsés. Pas forcément très prometteur à l’approche du second tour de l’élection présidentielle, surtout à l’heure où l’écart entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron se resserre.

Louis Aliot était sur LCI mardin matin 

Invité d’Audrey Crespo-Mara mardi matin sur LCI, Louis Aliot a d’ailleurs été interrogé sur l’absence permanente de certains médias lors des meetings de Marine Le Pen et a tenté de justifier la démarche de son parti : "Je vous signale que Mediapart avait organisé un débat des candidats à la présidentielle où il n'a pas voulu convier Marine Le Pen. Nous appliquons la jurisprudence Mediapart. On n'a peur de rien, ces gens-là sont intolérants. Ils ne veulent pas du débat démocratique en refusant d'inviter Marine Le Pen à un débat qu'ils organisent. Pourquoi voudriez-vous que nous invitions Mediapart à nos réunions ?" s’est-il interrogé. Et quand Audrey Crespo-Mara lui a rétorqué que Mediapart et Quotidien interviewaient tout de même des membres du FN dans leurs médias, Louis Aliot a sorti une petite phrase qui risque de faire beaucoup de bruit : "Non, ils font de l'espionnage, on peut appeler ça comme ça".

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people