Politique

LGJ - Nadine Morano : La France un pays de race blanche ? Elle persiste et signe (vidéo)

LGJ - Nadine Morano : La France un pays de race blanche ? Elle persiste et signe (vidéo)

Nadine Morano était jeudi soir l’invitée de Maïtena Biraben sur le plateau du Grand Journal. Candidate à la primaire des Républicains et créditée de seulement 2% d’intention de votes d’après les derniers sondages, l’ancienne ministre s’est exprimée sur de nombreux sujets. Tacle à Alain Juppé, reproches aux médias et réaffirmation de la nature blanche de la France, Nadine Morano a fait fort. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

C’est l’un des plus gros scandales de l’année politique en 2015. Invitée sur le plateau d’On n’est pas couché le 26 septembre dernier, Nadine Morano avait été invitée à réagir à la crise des migrants. Et avait créé une énorme polémique en parlant des racines judéo-chrétiennes de la France : "La France est un pays de race blanche dans laquelle on accueille des personnes étrangères comme le disait le général De Gaulle, mais c’est comme ça (...) La France est judéo-chrétienne dans ses racines (...) et je n’ai pas envie que la France devienne musulmane car dans ce cas ce ne serait plus la France. J’ai envie que la France reste la France". Des propos qui avaient immédiatement fait réagir Laurent Ruquier : "Le problème c’est qu’en 2015 vous fassiez encore cette distinction moi c’est ça qui me choque" mais pas seulement. Lâchée par les Républicains après avoir refusé de revenir sur ces propos comme il lui avait été demandé, Nadine Morano avait du même coup perdu son investiture dans la région Meurthe-et-Moselle pour les élections régionales.

"Alain Juppé est le candidat des médias"

Candidate à la primaire des Républicains en vue des élections présidentielles de 2017, la député européenne, créditée de seulement 2% des intentions de vote selon les derniers sondages, était jeudi soir l’invitée de Maïtena Biraben dans Le grand journal. Interrogée sur ces propos maladroits, Nadine Morano a affirmé haut et fort qu’elle dirait à nouveau la même chose aujourd’hui si la même question lui était posée : "Non seulement je ne la regrette pas, je la redirai. Mais ce qui me gêne, c’est qu’on est dans l’exemple type de la caricature. J’ai dit cette phrase dans un contexte totalement coupé par ce que vous venez de dire, dans une émission qui a duré 40 minutes, où j’ai parlé des problèmes de vague migratoire massive que nous venons de vivre". Devenue plus rare dans les médias ces derniers mois, Nadine Morano a également profité de son exposition pour glisser un petit tacle à Alain Juppé, lui qui est annoncé en tête des primaires dans tous les sondages : "Alain Juppé, ça ne vous aura pas échappé, on le voit partout. C’est un homme d’Etat, il a une très longue expérience, il a été premier ministre… (…) C’est le candidat des médias". Médias auxquels l’ancienne ministre a également adressé une petite pique, souhaitant qu’ils fassent à l’avenir "un effort de clarté".

Réagissez à l'actu people