Politique

Les dérapages antisémites d'un présumé "gilet jaune", "journaliste de rue" (vidéo)

Les dérapages antisémites d'un présumé "gilet jaune", "journaliste de rue" (vidéo)

Dans des vidéos mises en ligne sur Youtube, un gilet jaune, autoproclamé "journaliste de rue", aborde journalistes et autres personnages médiatiques et politiques dans la rue. Sa touche personnelle : une entrée en matière cavalière et des dérapages antisémites. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

"Il était porteur de la haine que des gens éprouvent pour les journalistes, m'accusant de défendre les milliardaires qui verrouillent l'information". Tels étaient les mots de Jean-Michel Aphatie, ce vendredi 11 janvier sur Europe1, en réaction à la vidéo mise en ligne sur Youtube par un certain "Isadora Duncan". Ce "gilet jaune", autoproclamé "journaliste de rue" a ainsi interpellé l'éditorialiste, l'accusant d'être à la solde des "puissants", "du côté du mensonge et de la manipulation". Plus inquiétant encore, ce fervent défenseur des manifestants a embrayé sur Dieudonné, évoquant le geste de la "quenelle", désormais "impossible" à exécuter car, selon lui, "c'était devenu un geste antisystème". Face à un Jean-Michel Aphatie pantois, le "journaliste de rue" a ainsi estimé, avec aplomb et sans vergogne, que "Dieudonné, c'est un peu un nouveau Coluche". Et ce n'est pas la première fois que l'homme s'aventure sur ce terrain-là…

Audrey Crespo-Mara, Bernard Tapie, Thomas Sotto...

Dans une vidéo mise en ligne sur Youtube le jeudi 10 janvier, ce mystérieux "Isadora Duncan" a interpellé Mounir Mahjoubi en pleine rue. Là encore : même procédé cavalier. Face au secrétaire d'État au Numérique, l'apprenti journaliste qui semble vouloir défendre la veuve et l'orphelin contre les "puissants milliardaires", s'est (faussement) interrogé, avec un cynisme aussi lunaire qu'abjecte : "Est-ce qu'on peut dire que le bétail goy se réveille ? Les chiens de goy doivent être écrasés, et là ils se réveillent !" Pour information, et selon la définition du Larousse, le mot "goy" est "le terme par lequel, depuis l'époque biblique, les Juifs désignent les non-Juifs". Prenant la mesure de l'étrange situation, Mounir Mahjoubi a préféré couper court à la conversation : "J'ai l'impression que c'est un peu insultant ce que vous dites, et je crois que c'est un peu violent", a répondu le député. Cet étrange "journaliste de rue" n'en est pas à son coup d'essai. Avant Jean-Michel Aphatie et Mounir Mahjoubi, ce sont Alain Duhamel, Audrey Crespo-Mara, Bernard Tapie ou encore Ségolène Royal et Thomas Sotto qui ont goûté à son ton quasi vindicatif : des questions à charge qui tombent comme des couperets, le tout agrémenté de dérapages antisémites.  Sur Youtube, les avis divergent : certains fustigent la forme, quand d'autres s'interrogent sur le fond. D'autres encore se délectent de telles scènes et l'encouragent à continuer…

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people