Politique

Le Supplément : Najat Vallaud-Belkacem gênée par les propos d’un musulman sur Daesh, gros malaise sur le plateau (Vidéo)

Le Supplément : Najat Vallaud-Belkacem gênée par les propos d’un musulman sur Daesh, gros malaise sur le plateau (Vidéo)

Invitée sur le plateau du "Supplément", dimanche, Najat Vallaud-Belkacem a fait face à Idris Sihamedi, qui représentait l’association "Barakacity", qui tente actuellement de libérer l’humanitaire Moussa Ibn Yacoub détenu au Bangladesh. Seulement, l’homme dont l’organisation intervient aussi en Syrie n’a pas formellement condamné les agissements de Daesh, ce qui a provoqué un gros malaise autour de la table avec la ministre de l’Education. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Le 22 décembre dernier, Moussa Ibn Yacoub, membre de l'ONG "BarakaCity", a été arrêté et emprisonné au Bangladesh pour "activités suspectes en lien avec le terrorisme", alors qu’il venait en aide à des réfugiés Rohingyas, une minorité musulmane venue de Birmanie. Et depuis, sa famille et ses proches tentent de faire le maximum pour que le jeune homme de 28 ans soit libéré. Dimanche, alors qu’Ali Baddou recevait sur son plateau Najat Vallaud-Belkacem, Idris Sihamedi, un des représentants de "BarakaCity" était aussi présent pour plaider la cause de l’humanitaire. Et l’homme dont l’association, qui intervient aussi en Syrie, a fait récemment l’objet de perquisitions dans ses locaux après les attentats de Paris, a reconnu qu’il pensait sans doute avoir une fiche S. Puis, alors qu’il a avoué refusait de serrer la main des femmes, il n’a pas clairement condamné les agissements de Daesh.

"Je suis mal à l’aise"

"Ce n'est pas qu'on ne condamne pas l'Etat islamique, c'est qu'on essaye d'avoir une certaine pédagogie pour essayer de discuter avec les jeunes et pour leur faire comprendre qu'on est une alternative qui est bien, qui est pacifique", a-t-expliqué avant de s’agacer qu’on lui demande de condamner Daesh : "Ce n'est pas équitable, ce n'est pas juste de poser la question à un musulman comme moi parce que je suis musulman (…) L'association condamne toutes les exactions commises par des groupes armés, des gouvernements, des juntes, etc…". Ali Baddou lui a alors répondu : "On est un peu gêné de la réponse, pour tout vous dire". Et il a donné la parole à Najat Vallaud Belkacem visiblement , elle aussi, très gênée."Non je ne souhaite pas réagir (…) Je crois que c'est une association qui porte une façon de voir les choses qui n'est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas et qui me met aussi mal à l'aise, honnêtement, sur votre plateau, et donc je n'ajouterai rien".

Réagissez à l'actu people