Politique

La Grèce dit "Non" à l'Europe, la gauche est mitigée !

La Grèce dit "Non" à l'Europe, la gauche est mitigée !

La Grèce a dit « Non » à l’Europe ! Les politiques de gauches réagissent positivement !

« Les partisans du "Non" au référendum jubilent ! Plus de 61% des grecs disent "Stop" au plan des créanciers ! » Explique Djamel Mazi sur I-Télé. Emmanuelle Macron, interviewé sur LCI, dit vouloir voir les propositions grecques afin de « prendre le temps » dit-il. En effet, ces « moments graves » justifient à présent voir ce que va choisir de faire la Grèce. D’après lui, « la volonté du président de la république, est de construire un accord franco-allemand pour avancer ». D’après Michel Sapin, ministre des finances, « c’est d’abord une difficulté en Grèce et c’est donc au gouvernement de monsieur Tsipras de faire des propositions ». Pour lui, c’est donc un problème essentiellement grec avant d’être un problème Européen. Pour le ministre, ce qui va déterminer le départ ou non de la Grèce de la zone Européenne, c’est « la qualité des négociations qui vont s’ouvrir ».  « Le fil du dialogue est très ténu », rajoute-t-il. Quant à lui, quand on lui demande s’il faut garder la Grèce dans la zone Euro, Stéphane Le Foll répond que personne parmi les dirigeants responsables (à savoir son parti), n’a exprimé le souhait de mettre la Grèce dehors. Jean-Luc Mélenchon, lui, considère ce « non » comme une victoire. On le voit d’ailleurs faire une annonce devant une assemblée de partisans. Il scande fièrement « Le peuple grec a résisté ! ». La gauche clame donc son soutien au parti d’Alexis Tsipras.

Pour Jean-Luc Mélenchon, cette décision du peuple grec sonne comme une victoire ! « Vive la liberté ! » Crie Jean-Luc Mélenchon à la foule !

Dans l’ensemble, les partis de gauche français sont donc assez mitigés quant au futur de la Grèce dans le cercle Européen. Michel Sapin ne voit en cet événement qu’un prétexte pour des discussions. Stéphane Le Foll n’écarte pas lui non plus la possibilité que la Grèce reste dans l’enceinte de l’Europe. Emmanuel Caron explique lui que la volonté de François Hollande est d’abord d’entamer des discussions avec la ministre allemande Angela Merkel avant de prendre une décision. « C’est pour nous une victoire ! » Explique Jean-Luc Mélenchon après s’être adressé à la foule enflammée.

Réagissez à l'actu people