Politique

Jean-Marie Bigard déplore les insultes à la manifestation des gilets jaunes (vidéo)

Jean-Marie Bigard déplore les insultes à la manifestation des gilets jaunes (vidéo)

Lors de la manifestation parisienne des gilets jaunes ce samedi 12 septembre, Jean-Marie Bigard a été reçu sous les insultes. Face aux caméras, l'humoriste a déploré cet accueil hostile. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

L'accueil de Jean-Marie Bigard n'a pas été chaleureuse. Lors de la manifestation parisienne des gilets jaunes ce samedi 12 septembre, l'humoriste a été insulté et chahuté par la foule. Celui qui a toujours soutenu le mouvement avait pourtant refusé de participer à la manifestation après les propos de Jérôme Rodriguez faisant un amalgame entre la police et les nazis. Mais Jean-Marie Bigard a finalement décidé de ne pas lâcher cette cause qui lui tient à cœur. L'humoriste a ainsi rejoint un autre cortège avant de devoir rapidement se réfugier dans un café proche de la place de la Bourse. Au milieu des manifestants, Jean-Marie Bigard n'était visiblement pas le bienvenu en se faisant traiter de "collabo" par certains gilets jaunes. 

"Je ne me suis jamais désolidarisé des gilets jaunes"

Durant 45 minutes, Jean-Marie Bigard qui souhaite être candidat à l'élection présidentielle de 2022, est resté réfugié avant de devoir quitter la manifestation en moto. En se désolidarisant de Jérôme Rodriguez, l’humoriste a déploré face aux journalistes une "mauvaise interprétation" sur ses intentions. Sur les images diffusées sur CNews ce dimanche 13 septembre, on peut entendre des manifestants scander "rentre chez toi" devant Jean-Marie Bigard qui partage son étonnement devant les médias. "Je ne m'attendais pas à être conspué comme ça. Je ne mérite pas ça quoi ! je suis le plus grand défenseur des gilets jaunes. J'ai les couilles d'avoir gardé ce même sentiment depuis le début", s'est-il défendu avant de mettre en les choses au clair. "C'est très important pour moi de rectifier ce que certains gilets jaunes avaient mal compris. Je ne me suis jamais désolidarisé des gilets jaunes. Je me suis désolidarisé des propos de Jérôme Rodriguez, c'est tout. On lui doit une belle partie de cette merde à Jérôme Rodriguez", a-t-il lancé envers l'un des leaders du mouvement.

 

 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people