Politique

Hong Kong : reprise des violences avec canons à eau et armes à feu contre les manifestants (vidéo)

Hong Kong : reprise des violences avec canons à eau et armes à feu contre les manifestants (vidéo)

Lors d'une manifestation pro-démocratie ce dimanche 25 août, la police a utilisé pour la première fois des canons à eau et brandi des armes à feu contre des manifestants. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Auparavant, les forces de l'ordre avaient affirmé ne vouloir utiliser cette technique de dispersion que pour répondre à une "perturbation à grande échelle de l’ordre public". Ce dimanche 25 août, la police a eu recours pour la première fois aux canons à eau pour disperser les manifestants à Hong Kong. Sous une pluie battante, des milliers de personnes pro-démocratie s'étaient rassemblées de manière pacifique vers le quartier de Tsuen Wan. La situation a dégénéré lorsque des protestataires radicaux ont lancé des pavés du trottoir et des cocktails Molotov vers les policiers.

Retour des violences

Après avoir utilisé des gaz lacrymogènes en vain, la police a décidé de se servir des canons à eau tout en demandant aux manifestants de partir. "De tels actes négligent la sécurité des citoyens et des usagers de la route" a indiqué la police dans un communiqué, rapporte l'AFP. Au coeur des contestations depuis plusieurs mois, les forces de l'ordre ont de nouveau utilisé la force la veille lorsque des manifestants ont érigé une barricade dans le quartier de Kwun Tongalors. Un autre violent affrontement s'est déroulé ce jour même dans le quartier de Tsuen Wan où des policiers ont brandi des armes à feu vers des manifestants qui les pourchassaient avec des bâtons comme le dévoilent des vidéos et photos relayées par des journalistes sur Twitter. Le New York Times et BBC News relatent qu'un policier a tiré un coup en l'air losqu'un collègue a fait une chute et ainsi faire reculer les manifestants. La police a indiqué aux médias locaux que le coup de feu a été tiré pour avertir les manifestants. Plusieurs d'entre eux ont ensuite été conduits à l'hôpital. Ces échauffourées marquent la fin d'une période de manifestations non-violentes ces derniers jours. Pour repousser les manifestants, Pékin qui ne peut pas légalement intervenir dans la ville, a utilisé différentes méthodes comme la propagande et la pression économique. 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people