Politique

Hommage national aux policiers tués : Un policier refuse de serrer la main de François Hollande et Manuel Valls (Vidéo)

   / 5  
Policiers tués : Un policier refuse de serrer la main de François Hollande et Manuel Valls lors de l'hommage national
1
Policiers tués : Un policier refuse de serrer la main de François Hollande et Manuel Valls lors de l'hommage national
De nombreux policiers étaient présents à la cérémonie
2
De nombreux policiers étaient présents à la cérémonie
François Hollande est venu serrer la main des policiers présents
3
François Hollande est venu serrer la main des policiers présents
Un policier refuse de serrer la main de François Hollande
4
Un policier refuse de serrer la main de François Hollande
Même sort pour Manuel Valls
5
Même sort pour Manuel Valls

Ce vendredi 17 juin, la France a décidé de rendre un hommage national aux policiers tués par Larossi Abballa à Magnanville. C’est François Hollande qui a présidé la cérémonie en compagnie de Manuel Valls. Mais ce moment de recueillement a été marqué par un geste fort. En effet, un policier en civil a refusé de serrer la main du chef de l’Etat et du Premier ministre. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Après l’assassinat du couple de policiers, lundi dernier, par Larossi Abbala dans leur pavillon de Magnanville, la France a décidé de rendre un hommage national ce vendredi. Après une minute de silence observée la veille par François Hollande et Manuel Valls, le chef de l’Etat a présidé cette cérémonie qui se déroulait à la préfecture de Versailles. Dans son discours, il a qualifié à Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans et Jessica Schneider, 36 ans de "héros du quotidien". Puis, il ajouté : "Le pays tout entier, au nom duquel je m'exprime en ce jour, s'en est trouvé saisi d'indignation et d'horreur. Surtout quand il a appris que le fanatique avait commis son forfait devant l'enfant".

"On en a ras-le-bol"

Il a confié aussi être favorable au port d’arme pour les policiers en dehors des heures de service. "Je veillerai à ce que les forces de sécurité disposent de tous les moyens nécessaires pour agir face aux menaces toujours plus redoutables auxquelles nous faisons face. Le crime dont ont été victimes Jean-Baptiste et Jessica doit nous amener à donner aux policiers et aux gendarmes les moyens de se défendre. Notamment en conservant leur arme à tout moment". A la fin de cet hommage, François Hollande et Manuel Valls sont allés saluer les policiers présents. Sauf qu’à un moment, l’un d’entre eux est resté figé ne tendant pas sa main. A "TF1", le policier a expliqué qu’il assumait son geste. "Il y a trop de problèmes dans la police, on en a ras-le-bol (…) A Mantes-la-Jolie nous avons trois véhicules pour 40 policiers". Il a dit aussi attendre des "actes" de la part du gouvernement. 

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people