Politique

Gilets jaunes : Des policiers foncent sur un manifestant à Toulouse (vidéo)

Gilets jaunes : Des policiers foncent sur un manifestant à Toulouse (vidéo)

Ce samedi 4 mai lors de l'acte 25 des Gilets jaunes, des policiers ont chargé violemment un manifestant, lors d'un rassemblement qui a eu lieu à Toulouse. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

C'est une vidéo qui fait beaucoup réagir la toile depuis sa publication sur les réseaux sociaux. Ce samedi 4 mai pendant les rassemblements des Gilets jaunes qui ont eu lieu à Toulouse, un groupe de policiers ont fait polémique en chargeant un militant. C'est un journaliste prénommé Frédéric et travaillant pour la chaîne de télévision RT financée par l'État russe, qui a mis en ligne la séquence. Sur la vidéo, vue plus de 220.000 fois et retweetée par plus de 1.500 internautes, on découvre environ dix membres des forces de l'ordre qui brandissent leurs boucliers antiémeute face à un civil. Ce dernier, qui ne porte pas de Gilet jaune et lève ses deux mains vers le ciel, a été violemment projeté au sol par les policiers de la CSI de Toulouse. La scène s'est déroulée à l'angle de la place et de la rue Escoussières-Arnaud Bernard. Selon l'auteur de la vidéo, l'individu chargé par les forces de l'ordre leur aurait demandé de rejoindre les manifestants, après avoir déploré le slogan "police suicidez-vous".

Un militant qui souhaitait une union avec la police

En montant le son du post, on entend un des "gardiens de la paix" s'écrier "dégage", peu avant de l'écraser avec le reste de son équipe. Une fois au sol, le militant renversé tente de récupérer sa casquette, tandis qu'un policier le traine quelques instants avec son sac. Ce sont des manifestants Gilets jaunes qui l'ont ensuite aidé à se relever. Quelques mètres plus loin, une autre personne qui semble vouloir s'interposer se prend à son tour un coup de matraque. Le militant avait accordé une interview vidéo à nos confrères de RT France, peu avant avoir subi la charge. "C'est des prolos [prolétaires, NDLR] comme nous. Le jour où ils nous rejoignent, on a gagné en fait. Ça fait cinq mois que j'essaye de leur dire ça", expliquait-il face caméra.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people