Politique

Gilbert Collard attaqué au cocktail Molotov au meeting de Marine Le Pen (vidéo choc)

Gilbert Collard attaqué au cocktail Molotov au meeting de Marine Le Pen (vidéo choc)

Gilbert Collard a été attaqué par des "antifas" lors du meeting de Marine Le Pen au cocktail Molotov, le lundi 17 avril. Lors de cet évènement, de nombreux militants antifascistes étaient venus en découdre avec le politicien du Front National. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Le meeting de Marine Le Pen a connu un incident ce lundi 17 avril. Gilbert Collard, personnalité importante du dispositif du Front National a été attaqué par des militants antifascistes. Au total, ils étaient plusieurs dizaines à jeter des projectiles dont un cocktail Molotov, à 19 h à Paris, comme le montrent les images capturées par LCI. Même si le politicien n'a pas été blessé, les CRS et les services de sécurité l'ont escorté jusqu'à la salle du Zénith, endroit où se tenait le meeting de Marine Le Pen. Encore choqué et ému par cet évènement, le Frontiste s'est exprimé au micro du Huffingtonpost : "j'ai rencontré des fascistes, et comme à mon habitude, je n'entre pas dans l'entrée des VIP, parce que je préfère entrer par l'entrée. Et là, des individus en nombre ont jeté des bouteilles de bières qui m'ont atterri sur la nuque", a-t-il lancé dans un premier temps.

Gilbert Collard attaqué au cocktail Molotov

Face à cette scène, le proche de Marine Le Pen a tenu à dénoncer cette agression. "J'ai été attaqué par une bombe inflammable qu'un policier a pu éloigner et heureusement. Elle aurait enflammé mon pantalon. Le service d'ordre est arrivé." Et chaque cri, le politicien a lancé : "nazis !" "Ce qui caractérise le fascisme, c'est l'atteinte à la liberté d'expression. Ces gens empêcheraient la liberté de vivre". Il caractérise ces personnes "d'imbéciles". Il estime que ces personnes "nuisent à la liberté" quand ils s'attaquent "à un député, aux journalistes, à toute personne qui a une fonction de représentation." Gilbert Collard a ensuite essuyé un coup de gueule, en estimant que ce n'était pas bien pour la démocratie.

Par Maxime Carignano

Réagissez à l'actu people