Politique

Fusillades aux Etats-Unis : un footballeur américain interpelle sur les armes à feu en plein match (vidéo)

Fusillades aux Etats-Unis : un footballeur américain interpelle sur les armes à feu en plein match (vidéo)

En réaction aux deux fusillades qui se sont déroulées ce week-end aux Etats-Unis, le footballeur américain Alejandro Bedoya a interpellé le Congrès américain sur les armes à feu en plein match. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Deux fusillades ont endeuillé les États-Unis ce week-end. À El Paso au Texas le samedi 3 août, puis à Dayton dans l'Ohio le dimanche 4 août, les deux tueries de masse ont causé la mort de 30 personnes et au moins 52 blessés. Un lourd bilan qui s'ajoute aux 297 drames de ce type cette année dans le pays, a indiqué "Le Monde". Au coeur du problème, la vente des armes à feu. Le débat continuellement relancé, connaît de nouveaux questionnements autour du deuxième amendement de la Constitution américaine. En opposition à la possession des armes à feu, de nombreuses voix se sont fait entendre... jusqu'au terrain de football.

"JE NE VAIS PAS RESTER LES BRAS CROISÉS"

En plein match de MLS entre DC United et Philadelphie, le footballeur américain Alejandro Bedoya s'est emparé du micro après avoir marqué un but. L'extrait a été relayé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. "Hey le Congrès, Faîtes quelque chose ! Mettez un terme à la violence des armes à feu tout de suite !" a-t-il interpellé le Congrès américain dans la nuit de dimanche à lundi. Une prise de position politique rare lors d'un match de foot. Mais le capitaine de Philadelphie ne peut pas rester impassible devant l'ampleur des événements. "Je ne vais pas rester les bras croisés, il faut faire quelque chose, rien ne bouge et c’est un gros problème. Avant d’être un footballeur, je suis un humain, j’ai des enfants. Je dois prendre position" a-t-il expliqué après la rencontre. Sur Twitter, Alejandro Bedoya a continué de détailler sa pensée : "Les mots sans actions ne servent à rien. Les États-Unis sont, semble-t-il, devenus une société dystopique. Faites quelque chose", et même fait quelques propositions : "Nous pouvons commencer par des vérifications plus strictes des antécédents, des lois du drapeau rouge, la création d’un registre des achats d’armes, la suppression des échappatoires dans les expositions d’armes à feu et la taxation des munitions".

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people