Politique

Fusillade à Strasbourg : Marine Le Pen remet en cause le rôle de l'État (vidéo)

Fusillade à Strasbourg : Marine Le Pen remet en cause le rôle de l'État (vidéo)

Marine Le Pen était l'invitée des 4 vérités sur France 2 mercredi 12 décembre, au lendemain de la fusillade à Strasbourg. La présidente du Rassemblement national a mis en cause l'État et son incapacité à lutter contre l'islamisme radical. Une séquence à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping.

Hier soir, la France était une nouvelle fois frappée par le terrorisme selon les premières sources : un homme, figurant au répertoire des personnes fichées S, a ouvert le feu dans le centre-ville de Strasbourg (Haut-Rhin) faisant deux morts et plus d'une dizaine de blessés graves. De nombreuses personnalités en ont évidemment profité pour réagir et dénoncer les actions de l'État, certains Gilets jaunes complotistes estimant même qu'il s'agissait d'une technique de l'État pour endiguer leur mouvement. Même Maxime Nicolle, l'un des leaders du mouvement des Gilets jaunes, a dérapé en estimant qu'il ne s'agissait pas de terrorisme avant de s'expliquer dans un nouveau Facebook Live. Il ne manquait plus que Marine Le Pen, qui réapparaît dans les médias à chaque événement terroriste.

"On n'a pas les bonnes méthodes et on refuse de mettre en oeuvre ces méthodes"

La présidente du Rassemblement national, qui faisait déjà parler d'elle hier en comparant un secrétaire d'État à Franck Dubosc sur la crise des Gilets jaunes, était ce matin l'invitée des "4 vérités" sur France 2. Elle a mis en cause la responsabilité de l'État dans la fusillade : "On sait très bien que le salafisme se propage dans notre pays, qu'il est financé de l'étranger, qu'il est même parfois, il faut le dire, financé par des associations culturelles ou sportives, financées même parfois par de l'argent public" estime Marine Le Pen. "On n'a pas les bonnes méthodes et on refuse de mettre en oeuvre ces méthodes, je ne sais pas par quelle pudeur on refuse de s'attaquer au fondamentalisme islamique dans notre pays" a-t-elle ajouté avant de rappeler que le terrorisme avait fait 250 morts ces six dernières années en France.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people