Politique

François Hollande se déclare candidat pour 2017 en faisant un lapsus (Vidéo)

   / 5  
François Hollande se déclare candidat pour 2017 en faisant un lapsus
1
François Hollande se déclare candidat pour 2017 en faisant un lapsus
François Hollande sur Europe 1
2
François Hollande sur Europe 1
François Hollande face à Jean-Pierre Elkabbach
3
François Hollande face à Jean-Pierre Elkabbach
François Hollande face à David Pujadas et Léa Salamé
4
François Hollande face à David Pujadas et Léa Salamé
François Hollande sur France 2
5
François Hollande sur France 2

Ce matin, la "Matinale" d’"Europe 1" recevait François Hollande qui est venu parler de son bilan, de la loi Travail ou encore de ses ambitions pour 2017. Et justement concernant ce dernier point, le président de la République a fait un lapsus qui a certainement révélé ce qu’il compte faire l’année prochaine. Le chef de l’Etat semble bien déterminé se porter candidat à sa propre succession. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Alors que François Hollande est au plus bas dans les sondages, le président de la République s’est rendu ce mardi matin dans les locaux d’"Europe 1" pour défendre son bilan depuis son arrivée à l’Elysée. Un bilan qui avait été notamment critiqué par Alain Juppé après la fameuse phrase "ça va mieux". "J'ai eu cette formule, 'ça va mieux', ce n'est pas pour dire 'tout va bien', ça va effectivement mieux pour la France, pas forcément pour tous les Français, j'en conviens. Quand je dis 'ça va mieux' c'est pas un propos de circonstance, de campagne, de tribune, c'est une réalité", a-t-il ainsi confié.

"Juridiquement, ça s’arrête le 6 mai"

Puis, le chef de l’Etat a été interrogé sur ses ambitions pour la présidentielle de 2017. "J’ai été élu pour cinq ans. Après, les Français décident. Juridiquement, ça s’arrête le 6 mai. Et d’ajouter : "Je vous répondrai au mois de décembre". Seulement, quelques minutes plus tard, il a fait un lapsus qui en dit long sur ses réelles intentions. "Il y a une alternative de droite qui existe, et si je ne suis pas… si la gauche n'est pas reconduite, ce sera la droite qui l'emportera, ou l'extrême droite. Il n'y pas pas d'alternative de gauche (…) Il y a toujours eu une gauche qui voulait gouverner et une autre qui ne le voulait pas", a-t-il exprimé en ajoutant conscient sans doute de son erreur : "Là, je vous parle en tant que président, je ne vous parle pas en tant que candidat (...) J'exprimerai ma position en fin d'année (...) et vous verrez sous quelle forme (primaire ou pas, ndlr)".

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people