Politique

François Fillon mis en examen, des mois de contradictions en vidéo

François Fillon mis en examen, des mois de contradictions en vidéo

Ce mercredi, peu après midi, François Fillon a tenu une conférence de presse depuis son QG pour annoncer qu’il maintenait sa candidature à la l’élection présidentielle. Et cela, malgré sa prochaine mise en examen dans l'affaire Penelope Fillon. Mais pourtant, François Fillon avait affirmé qu’il ne se présenterait pas à la présidentielle de 2017 s’il était mis en examen. Non Stop Zapping vous propose dans une vidéo de visionner les contradictions du candidat de la droite depuis plusieurs mois.

Empêtré dans l’affaire Penelope Fillon, aussi appelée le "PenelopeGate", François Fillon a pris la parole ce mercredi midi, après avoir annulé sa visite au Salon de l’Agriculture. Et face aux Français, il a ainsi confié qu’il allait être mis en examen prochainement. "Mon avocat a été informé que je serai convoqué le 15 mars par les juges d'instruction afin d’être mis en examen (…) Mais je ne reconnais pas les faits, je n'ai pas détourné d'argent public." Puis, François Fillon a mis en avant une sorte de complot contre sa personne et sa candidature. "Je n'ai pas été traité comme un justiciable comme les autres (…) Nombre de mes soutiens parlent d'un assassinat politique. C'est un assassinat. Ce n'est pas moi seulement qu'on assassine, c'est l’élection présidentielle."

François Fillon et ses contradictions

Puis, François Fillon a ensuite affirmé qu’il allait continuer le combat et par ce fait qu’il restait candidat à la présidentielle de 2017. "Seul le suffrage universel et non pas une procédure à charge peut décider de qui sera le prochain président de la République. Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas. Je vous demande de me suivre (…) Oui, je serai candidat à la présidence de la République." Mais pourtant, en janvier dernier, François Fillon confiait sur "TF1" qu’il renoncerait à la présidentielle s’il était "mis en examen" dans l’affaire Penelope Fillon. En août 2016, il affirmait aussi que ceux qui ne respectaient pas "les lois de la République" ne devaient pas se présenter devant les électeurs. "Qui imagine le Général de Gaulle mis en examen ?", avait-il également ajouté. Apparemment, François Fillon a changé d’avis…

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people