Politique

François Fillon met en cause les journalistes agressés à son meeting (vidéo)

François Fillon met en cause les journalistes agressés à son meeting (vidéo)

Invité du Talk du Figaro, François Fillon est revenu mardi 11 avril sur l’agression de plusieurs journalistes lors de son meeting à Paris dimanche dernier. Le candidat de la droite et du centre à la présidentielle a invité les médias à s’interroger sur leurs propres responsabilités. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Tous les journalistes ne sont pas les bienvenus sur les meetings de François Fillon. Hugo Clément de "Quotidien" et Louis Morin du "Petit Journal" l’ont appris à leurs dépens dimanche alors que le candidat de la droite et du centre à la présidentielle s’adressait à ses partisans à Paris. Violemment expulsés par le service de sécurité de François Fillon, les deux jeunes hommes ont témoigné décidé de porter plainte pour violences volontaires : "On a tenté d'expliquer au membre de la sécurité que tout était prévu. Mais il n'a rien voulu entendre. Il nous a emmenés dehors, il nous a mis un gros coup de pression et il a sérieusement abîmé notre matériel" a raconté Louis Morin au Lab d’Europe 1.

François Fillon accuse es journalistes agressés

Ce mardi 11 avril, François Fillon était l’invité du Talk du Figaro et évidemment, sa réaction à ces incidents était très attendue : "D'abord, je les condamne. Je condamne toutes les violences", a-t-il d’abord assuré avant de mettre en cause la responsabilité des deux jeunes reporters : "Simplement j'invite ces journalistes à se poser la question : pourquoi est-ce que dans les meetings, il y a une crispation à leur égard ? Chacun doit se poser des questions...". Relancé pour savoir s’il estimait que ces incidents étaient de la responsabilité des journalistes, François Fillon a par la suite botté en touche : "Je ne mets rien en cause. Je condamne d'abord toutes les violences. Et naturellement, on a appelé ces journalistes pour leur présenter nos excuses au nom de l'organisation de ces meetings. Mais je sens bien cette violence dans les propos des Français. Et les Français sont des Français. Il n'y a pas de bons Français et des mauvais Français. Il n'y a pas les Français qui sont en accord avec le système médiatique et ceux qui le critiquent. Donc, que chacun s'interroge sur ses propres responsabilités". En revanche, il semble y avoir, d’après l’organisation en charge des meetings de François Fillon, des journalistes moins acceptables que d’autres...

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people