Politique

François Fillon : Dupont-Aignan dévoile en direct les SMS menaçants envoyés par son clan (vidéo)

François Fillon : Dupont-Aignan dévoile en direct les SMS menaçants envoyés par son clan (vidéo)

Nicolas Dupont-Aignan était remonté contre le clan Fillon jeudi 20 avril. Le candidat de Debout la France a dévoilé en direct des SMS compromettants envoyés par des proches de François Fillon. Le prétendant à l’Élysée cherchait à révéler au grand jour les "pressions insupportables" dont il fait l’objet. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

À moins de deux jours du premier tour de l’élection présidentielle, tous les coups sont encore permis. Lors de l’émission de France 2, "15 minutes pour convaincre", Nicolas Dupont-Aignan s’est montré très offensif, pointant du doigt le clan Fillon et critiquant le système médiatique. En direct, il a tenu à dénoncer les "pressions insupportables" dont il fait l’objet. Il a alors lu à l’antenne les SMS compromettants envoyés par un patron de presse français, soutien de François Fillon. "Je cite : ‘le boycott de mon journal n’est que la conséquence ‘, parce que je me plaignais du boycott de son journal précise le candidat, ‘de ton attitude contre Fillon et ce n’est pas en restant dans ton coin que tu y arriveras, mais en étant dans une équipe gouvernementale’, la carotte indique Nicolas Dupont-Aignan, ‘il vaut mieux  manger une soupe que du pain rassis’ ", aurait écrit ce patron de presse.

Nicolas Dupont –Aignan dénonce le système médiatique

Le candidat de Debout la France n’a pas souhaité en rester là et a répondu au grand patron de presse. "Je suis scandalisé que tu assumes ce boycotte", indique Nicolas Dupont-Aignan avant de continuer à lire ces échanges. "Il a répondu : ‘cela n’arrivera plus quand tu cesseras de combattre Fillon’",  conclut-il. Lors de sa carte blanche, Nicolas Dupont-Aignan a souhaité parler "d’un sujet délicat : la démocratie". Il a notamment critiqué les sondages et l’inégalité du temps de parole entre les candidats dans les médias.

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people