Politique

Etat d’urgence : Manuel Valls se clashe violemment avec Laurent Wauquiez (vidéo)

   / 4  
Etat d’urgence : Manuel Valls se clashe violemment avec Laurent Wauquiez
1
Etat d’urgence : Manuel Valls se clashe violemment avec Laurent Wauquiez
Laurent Wauquiez s'en prend au gouvernement
2
Laurent Wauquiez s'en prend au gouvernement
Manuel Valls riposte
3
Manuel Valls riposte
La colère de Manuel Valls
4
La colère de Manuel Valls

Dans la nuit de mardi à mercredi, les députés ont voté la prolongation de six mois de l’état d’urgence suite à l’attentat de Nice. Les débats ont provoqué de gros clashs comme celui entre Laurent Wauquiez et Manuel Valls. Ce dernier n’a pas du tout apprécié que son interlocuteur évoque des centres de rétention pour individus suspectés de terrorisme et il lui a fait savoir. Non Stop Zapping dévoile la séquence !

Dans la nuit de mardi à mercredi, les députés étaient à l’Assemblée nationale afin de prendre part aux débats à propos de la prolongation de l’état d’urgence. Durant cette nuit blanche, les débats ont été très houleux et certains échanges ont été assez violents. Au milieu des nombreux affrontements de la nuit, la joute verbale qui éclaté entre le Premier ministre Manuel Valls et le Président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a été mémorable. Très discret depuis l’attentat de Nice, Laurent Wauquiez s’est bien rattrapé : "Je rappelle que dans ceux qui ont été à l'origine de très nombreux attentats terroristes au cours des derniers mois, il y avait très souvent des individus qui étaient surveillés par les renseignements, qui étaient fichés S et qui, si vous aviez appliqué cette mesure n'auraient pas pu passer à l'acte".

Manuel Valls clashe Laurent Wauquiez

Alors que Laurent Wauquiez se faisait huer et recevait d’insistants "dehors facho" dans l’hémicycle, Manuel Valls, hors de lui, a tenu à répondre à ce dernier : "Je ne crois pas que ce soit un dérapage de votre part, je pense que c'est une stratégie de votre part, que je ne confonds pas avec la droite républicaine. Cette stratégie, elle vous emportera". Emporté dans son discours, le Premier Ministre a ensuite ajouté : "La notion même de suspect, monsieur Wauquiez, a entraîné ce pays, à des moments donnés, dans son histoire au cours des deux derniers siècles, dans le pire. Le pire ! Et s'il y a quelque chose qui nous sépare de manière totale, irrémédiable, pas la gauche et la droite mais vous, vous, et pas les autres, parce que je sais qu'il y a des républicains, c'est ça, c'est cette différence fondamentale de la démocratie et de la République et je ne me laisserai jamais entraîner par un opportuniste dans cette voie-là !". Il y a eu du clash à l’Assemblée.

Par Paul Vanderhaegen

Réagissez à l'actu people