Politique

Édouard Philippe révèle la note qu'il a obtenue au baccalauréat (vidéo)

Édouard Philippe révèle la note qu'il a obtenue au baccalauréat (vidéo)

Dans "C à vous" diffusé sur France 5 ce lundi 17 juin, Édouard Philippe a révélé la note et la mention qu'il a obtenue lorsqu'il avait passé ses épreuves de baccalauréat. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Ce lundi 17 juin, Edouard Philippe était l'invité exceptionnel de "C à vous" diffusé sur France 5. Le Premier Ministre était venu répondre à toutes les questions d'Anne-Elisabeth Lemoine ou encore de Maxime Switek. Sur le plateau de l'émission, le politique de 48 ans a dû répondre notamment à une question pour le moins d'actualité. Alors que les premières épreuves du baccalauréat ont commencé, nos confrères ont tenté de découvrir quel genre d'élève Edouard Philippe était sur les bancs du lycée. Lorsqu'on lui demande de se remémorer les notes qu'il a obtenues au bac de philosophie, le concerné répond pensif : "Je crois que je n'ai pas eu une très mauvaise note… J'ai dû avoir 13 ou 14".

Intéressée par le parcours scolaire du Premier Ministre, la figure emblématique du programme lui demande : "Vous avez eu une mention au bac ?" En toute simplicité, Edouard Philippe révèle avoir eu la mention "Assez Bien", provoquant la stupeur et la déception très bruyante d'Anne-Elisabeth Lemoine.

Un baccalauréat "pas si facile que ça"

Sur le plateau, les murmures se font entendre et notamment la réflexion d'un des chroniqueurs qui épingle le fait que "c'était pas mal pour l'époque". De quoi indigner Edouard Philippe, offensé, mais amusé par la remarque, qui ne le rajeunit pas. Ce dernier a en effet passé son diplôme en 1988 et révèle avoir été "très content" de sa note, obtenue après avoir "beaucoup travaillé". S'il est parvenu à atteindre le gouvernement, Edouard Philippe n'avait visiblement pas de facilités au lycée. "Je n'ai pas trouvé à l'époque que c'était si facile que ça, au contraire (…) Ensuite j'ai trouvé que des examens ou des concours que je passais, qui étaient réputés plus difficiles [ne l'étaient pas, NDLR]", explique celui qui se vante d'avoir pu par la suite "choisir ses matières". Comme quoi, il ne faut pas toujours faire partie des "intellos de la classe" pour se construire un avenir digne de ce nom.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people