Politique

Donald Trump appelle ouvertement la Russie à espionner Hillary Clinton (vidéo)

   / 4  
Donald Trump encourage la Russie à espionner Hillary Clinton
1
Donald Trump encourage la Russie à espionner Hillary Clinton
Donald Trump, candidat républicain à l'élection présidentielle américaine
2
Donald Trump, candidat républicain à l'élection présidentielle américaine
Donald Trump était en conférence de presse en Floride mercredi
3
Donald Trump était en conférence de presse en Floride mercredi
Donald Trump a encouragé la Russie à espionner Hillary Clinton
4
Donald Trump a encouragé la Russie à espionner Hillary Clinton

En conférence de presse en Floride mercredi, Donald Trump a ouvertement encouragé la Russie à espionner Hillary Clinton après que 20 000 e-mails de hauts responsables du parti démocrate aient été rendus publics par WikiLeaks la semaine dernière. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Décidément les e-mails des personnalités politiques font beaucoup de bruit ces derniers mois aux Etats-Unis. Après le scandale Hillary Clinton qui avait utilisé sa messagerie privée pour envoyer des e-mails officiels lorsqu'elle était en charge des Affaires Etrangères, 20 000 courriels de hauts responsables du parti démocrate ont été rendus publics la semaine dernière par WikiLeaks, juste avant l'ouverture de la convention démocrate. Du pain béni pour Donald Trump, toujours à la recherche d'une bonne polémique comme celle lancée après l'attentat de Nice. Sauf que cette fois-ci, le candidat du parti républicain pour l'élection présidentielle américaine est peut-être allé un peu trop loin.

"Je pense que notre presse saura te remercier au plus haut point"

"Russie, si tu écoutes, j'espère que tu pourras retrouver les 30.000 e-mails qui manquent" a-t-il lancé en référence aux e-mails stockés par Hillary Clinton sur un serveur privé alors qu'elle était Secrétaire d'Etat, "Je pense que notre presse saura te remercier au plus haut point". Autant dire que les réactions outrées ne se sont pas faites attendre longtemps : "C'est la première fois qu'un candidat majeur à la présidentielle encourage activement une puissance étrangère à espionner son opposant politique" a réagi Hillary Clinton via un communiqué tandis que le réalisateur Michael Moore a signalé que s'il avait dit la même chose il serait accusé de trahison.

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people