Politique

Des journalistes de France 3 et RTL-TVI agressés à Molenbeek, "base arrière du djihadisme" (Vidéo)

Des journalistes de France 3 et RTL-TVI agressés à Molenbeek, "base arrière du djihadisme" (Vidéo)

Ce vendredi matin, à Molenbeek, en Belgique, des journalistes des chaînes France 3 et RTL-TVI ont été agressés par un groupe d’individus. L’agression a été filmée par la chaîne de télévision belge. Non Stop Zapping vous propose de (re)découvrir la séquence ici !

Depuis quelques mois, et notamment depuis les attentats parisiens du 13 janvier, la commune de Molenbeek voit son nom sali. Présentée comme étant "la base arrière du djihadisme" par de nombreux médias, la commune de Molenbeek a vu grandir plusieurs des terroristes impliqués dans la série d'attaques du 13 novembre. C’est le cas du présumé terroriste en cavale depuis les attentats, Salah Abdeslam, et de son frère Brahim, qui lui s’est fait sauter Boulevard Voltaire, dans le XIème arrondissement de la capitale. Les deux frères se sont installés à Molenbeek avec leur famille. Ils étaient les gérants du bar Les Béguines.

le frère d'un terroriste impliqué

Cette semaine, la ville est une nouvelle fois au cœur des attentions. Pour cause, le kamikaze qui s’est fait exploser dans l’appartement perquisitionné de Saint-Denis quelques jours après les attentats, lors de l’assaut du Raid, Chakib Akrouh, a été identifié. Le jeune homme de 25 ans, Belgo-marocain, habitait chez ses parents à Molenbeek. Ce matin, les policiers en charge de l’enquête se sont rendus à leur domicile pour une perquisition. Avant cela, des journalistes des chaînes France 3 et RTL-TVI ont tenté de rentrer en contact avec l'entourage du kamikaze. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’accueil n’était pas chaleureux. "C'est qui qui a sonné chez moi comme ça ? Qui a sonné ? Y'a des gens qui dorment ! Dégage !", crie un homme. "Est-ce que vous acceptez de nous parler ?", demande le journaliste avant de recevoir des coups de pied de la part des individus. "Dégage ! Je n’ai pas besoin ! Mon frère il est mort ! Casse-toi !", répond un des agresseurs, visiblement le frère de Chakib Akrouh. Les journalistes frappés par le groupe d’individus ont été forcés de se retirer. 

Interrogé par "La Libre Belgique", le directeur des rédactions et des sports de RTL Belgique, Laurent Haulotte, a expliqué qu’un des journalistes visés s’est rendu chez le médecin. Il aurait été "bien frappé". "Nous avons pris contact avec France Télévisions pour avoir un contrechamp. Nous envisageons des suites judiciaires", a ajouté Laurent Haulotte. 

 
Réagissez à l'actu people