Politique

Déchéance de nationalité - Aurélie Filippetti : "C’est une fracture très grave" (vidéo)

Déchéance de nationalité - Aurélie Filippetti : "C’est une fracture très grave" (vidéo)

ZAPPING - La déchéance de nationalité est passée de justesse à l’assemblée. Le vote solennel du texte visant à lutter contre le terrorisme a lieu mercredi après-midi. De nombreuses voix de tous bords politiques continuent à s’élever contre la constitutionnalisation de la mesure tant controversée.

La déchéance de nationalité est passée de justesse à l’assemblée. Ce mardi, c’est avec seulement 14 voix d’avance que l’article 2 de la révision constitutionnelle a été voté. Le vote solennel du texte visant à lutter contre le terrorisme a lieu mercredi après-midi. De nombreuses voix de tous bords politiques continuent à s’élever contre la constitutionnalisation de la mesure tant controversée. Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture, députée PS, a parlé d’"une fracture très grave, au sein même du Parti socialiste". Mais de son côté, Bruno Le Roux, Président du groupe socialiste à l’Assemblée, persiste : "Ce texte ne s’adresse qu’aux terroristes. Et cette révision constitutionnelle n’est là que pour protéger les français contre le terrorisme. Il n’y a aucun amalgame à avoir !". Quant à lui, Eric Ciotti, Député Les Républicains des Alpes-Maritimes s’est exprimé en faveur du texte : "Oui, je vais le voter. Surtout par cohérence avec les positions que j’ai toujours prises à l’Assemblée nationale. Il serait totalement illogique et un peu politicien de voter contre une mesure que j’ai soutenu et proposé simplement parce que c’est François Hollande qui la propose".

Réagissez à l'actu people