Politique

Daniel Cohn-Bendit a 72 ans : Retour sur ses clashs les plus mythiques (Vidéo)

Daniel Cohn-Bendit a 72 ans : Retour sur ses clashs les plus mythiques (Vidéo)

Malgré son retrait de la vie politique en 2014, Daniel Cohn-Bendit continue de donner son avis. Connu pour son franc-parler, il a très souvent été au centre de nombreux clashs. A l'occasion de son anniversaire, Non Stop Zapping vous propose de revenir sur ses plus gros coups de gueules. Une séquence à découvrir sur notre site !

Daniel Cohn-Bendit fête aujourd’hui ses 72 ans. Né en 1945, à Montauban, l'homme politique se fait connaître en mai 1968, lorsqu'il devient l'un des leaders du mouvement étudiant. Membre des Verts allemands depuis 1984, l'ex-militant pour l'élection de Coluche à l'Élysée est un Européen convaincu. Militant pour une Europe fédérale, il est élu député européen pour la première fois en 1994. En 2014, il confirme, dans un petit livre, qu'il prend sa retraite politique : "J'ai décidé de ne plus briguer de mandat en 2014. J'ai déjà beaucoup donné et je me contenterai désormais de continuer à manifester et... à voter". Malgré son retrait de la vie politique, il continue de donner son avis. Connu pour son franc-parler, il a très souvent été au centre de nombreux clashs.  Lors de son passage dans ONPC l’année dernière, il n’avait pas hésité a pousser un coup de gueule contre le système français. Alors que Léa Salamé, qui était à ce moment-là chroniqueuse dans l’émission, lui faisait remarquer que la France ne pourrait jamais suivre l’exemple allemand car trop passionnée par le débat politique Daniel Cohn-Bendit avait vu rouge : "où est le débat politique? C'est ridicule le débat en France. Vous allez me dire que la grande passion, le vrai débat, c'est la déchéance de nationalité ? Vous allez me dire que le grand débat, c'est la condamnation à perpétuité incompressible ? C'est fascinant comme débat", avait-il lâché avec ironie, "C'est un pays qui se ridiculise par les faux débats".

"Va te faire voir"

Plus récemment, l’homme politique s’en est pris à Jean-Luc Mélenchon, candidat à l’élection présidentielle. Invité en direct sur le plateau de France 2, la situation a rapidement dérapé lorsqu’il a posé une question à Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier a reproché à l’ancien député européen de le tutoyer : "Monsieur Cohn-Bendit, est-ce que vous pouvez m’appeler par mon nom et non pas par mon prénom, s’il vous plaît. Nous ne sommes pas amis, vous le savez. Ne jouons pas la comédie" a-t-il expliqué. Il en fallait peu pour énerver Daniel Cohn-Bendit qui a immédiatement répondu : "Va te faire voir. Je n’ai pas de question. Je ne fais pas du touche-touche comme ça. On s’est toujours tutoyés, s’il n’a pas envie, qu’il aille tutoyer Castro et qu’il me foute la paix […] Vous vous prenez pour quelqu’un que vous n’êtes pas". Mais ce n'est pas tout. Lors de l'émission "A vous de juger" diffusée en 2009, François Bayrou et Daniel Cohn-Bendit s'étaient violemment accrochés suite à des propos du leader centriste sur une prétendue proximité du candidat vert avec Nicolas Sarkozy. "Je trouve ça ignoble de ta part. Mon pote, je te dis, jamais tu seras président de la République, parce que t'es trop minable", avait explosé Daniel Cohn-Bendit. "Je trouve ignoble, moi, d'avoir poussé et justifié des actes à l'égard des enfants que je ne peux pas accepter", avait alors rétorqué François Bayrou. Une allusion à un livre publié en 1975 par l'ex-leader étudiant de mai 68, "Le Grand Bazar", où celui-ci racontait son expérience dans une crèche auto-gérée à Francfort. 

Réagissez à l'actu people