Politique

Crise agricole : Stéphane Le Foll et Manuel Valls réagissent !

Crise agricole : Stéphane Le Foll et Manuel Valls réagissent !

Les manifestations des éleveurs continuent, Ils ne desserrent pas les dents ! Le premier ministre ainsi que le ministre de l’agriculture se sont tous les deux exprimés à propos des réformes qui vont être engagées en faveur des éleveurs.

Manuel Valls a affirmé avoir « six axes prioritaires ». Il s’agit du redressement des prix payés aux éleveurs, de la restructuration de la dette, des allégements et les reports de charge, du développement de la contractualisation dans les filières, des actions pour développer les  débouchés aux exportations et enfin de l’amélioration de la compétitivité des filières. En effet, Xavier Beulin, président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), avait exigé, ce mardi 21 juillet, une restructuration des dettes des éleveurs, que ce soit les dettes bancaires ou les dettes fournisseurs. Xavier Beulin avait également demandé, au nom des éleveurs manifestants sur les routes de France, une hausse des prix de la viande d’origine française. En réponse à ces vœux, Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, avait expliqué avoir développé un plan d’allégement des charges de 50 millions d’Euros ainsi qu’un dispositif de la BPI (Banque Publique d’Investissement) de garanti pour le renforcement de la trésorerie d’une somme totale de 500 millions d’Euros en crédits bancaires.

Les réactions aux promesses de Messieurs Valls et Le Foll ne se font pas attendre ! Les éleveurs ne sont pas convaincus et attendent de voir la réalisation de ces promesses.

Malgré ces annonces, les éleveurs ne semblent pas satisfaits et exigent des détails ainsi que des garanties. Ces agriculteurs s’inquiètent notamment au sujet des acteurs de la filière qui ne « jouent pas le jeu », c’est-à-dire les entreprises qui n’ont pas l’intention de baisser leur prix comme convenu. Sébastien Debieu ne voit que « 50% de l’objectif » atteint pour l’instant. Isabelle Selos, représentante de la FNSEA de la Seine-Maritime, communique également ses craintes à propos du discours du ministre de l’agriculture : « On n’a pas de détail ! On ne sait pas comment il compte opérer avec ceux qui ne jouent pas le jeu dans la filière ! ». Xavier Beulin explique ainsi que c'est un début mais que « ça ne répond pas forcément à toutes les attentes et aux besoins exprimés par les éleveurs ». 

Réagissez à l'actu people