Politique

Coronavirus : Olivier Véran répond aux critiques sur le délai de la vaccination (vidéo)

Coronavirus : Olivier Véran répond aux critiques sur le délai de la vaccination (vidéo)

Le ministre de la Santé, invité au 20 heures de France 2 ce mardi 29 décembre, a annoncé une possible extension du couvre-feu à partir de 18 heures dans certains départements. L'idée d'un reconfinement a été écartée pour le moment. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

La campagne de vaccination en France contre l'épidémie de Covid-19 a été lancée ce dimanche 27 décembre. Les personnes âgées en Ehpad et les professionnels de santé sont les premiers à pouvoir recevoir une injection. Tandis que les pays européens ou encore le Royaume-Uni, les Etats-Unis et Israël ont aussi débuté leurs campagnes, la France a opté pour une stratégie prudente en ne vaccinant qu'une centaine de personnes en quelques jours. Une lenteur qui a suscité des critiques. Invité du 20 heures de France 2, le ministre de la Santé a assumé la cadence de la campagne de vaccination en France. 

"Je ne confonds pas vitesse et précipitation"

"Nous avons le même nombre de doses (de vaccin, ndlr) que nos voisins allemands, nous avons les mêmes objectifs et nous aurons les mêmes résultats", a assuré Olivier Véran en ajoutant : "Ça prend un peu plus de temps au démarrage. (...) Je ne confonds pas vitesse et précipitation. Cet écart avec d'autres pays est assumé". "Nous avons fait en France un autre choix que je revendique qui est de nous appuyer sur les médecins, les professionnels de santé, de vacciner les personnes âgées en Ehpad et ne pas les faire se déplacer", a-t-il expliqué. Alors que certains pays ont déjà vacciné des milliers de personnes, le ministre de la Santé a mis en avant l'importance du "temps de l'explication, de la pédagogie [...] Je crois que c'est un gage de confiance, c'est aussi un peu plus de recul qui nous est donné en France". "Ce qui compte, c'est que d'ici la fin du mois de janvier nous ayons rattrapé le décalage vis-à-vis de tout le monde", a-t-il conclu. 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people