Politique

Coronavirus : le Conseil scientifique s’inquiète d'une reprise incontrôlée de l'épidémie (vidéo)

Coronavirus : le Conseil scientifique s’inquiète d'une reprise incontrôlée de l'épidémie (vidéo)

Dans un avis remis au gouvernement, dévoilé ce mardi 29 décembre, le Conseil scientifique propose trois options face au risque d'une reprise incontrôlée de l'épidémie. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Le Conseil scientifique s’inquiète d'une reprise incontrôlée de l'épidémie. Avec les fêtes de fin d’année représentant un risque d'une hausse des contaminations en janvier, un avis a été remis par le Conseil scientifique qui guide le gouvernement, le 23 décembre. Dans cette note dévoilée au public ce mardi 29 décembre, "trois options" en réponse "à ce risque possible, mais non certain" ont été proposées. La première, la plus stricte, est un "confinement strict" dès le 28 décembre dans les régions ou les villes les plus touchées. Cette éventualité a été écartée par le gouvernement. Invité du 20 heures de France 2, Olivier Véran a écarté à ce stade "l'idée d’un confinement généralisé ou local". La deuxième propose une réponse "différée" à début janvier, et "adaptée au surcroît de contaminations intervenues en fin d'année". 

Trois options proposées

"Cette option vise à réagir après coup, mais rapidement, en ralentissant début janvier la circulation du virus", a indiqué le Conseil scientifique qui préconise "une limitation des activités sociales ou économiques". La troisième et dernière est "une réponse plus tardive, fondée sur le nombre de nouvelles hospitalisations". Toutefois, cette option "présente le risque d'intervenir trop tardivement et de conduire ensuite à des mesures plus sévères, plus longues et/ou restrictives que celles entrant en vigueur plus tôt". Pour le moment, le gouvernement envisage "une extension du couvre-feu, de 20 heures à 18 heures, dans les départements où le taux d’incidence serait au-dessus du niveau national", a indiqué le ministre de la Santé. 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people