Politique

Coronavirus : Emmanuel Macron répond aux nombreuses critiques

Coronavirus : Emmanuel Macron répond aux nombreuses critiques

Emmanuel Macron a fait un point ce mardi 31 mars sur la crise du coronavirus. Il en a profité pour répondre à ceux qui créent des polémiques en pleine crise sanitaire

Le président de la République a fait un discours ce mardi en direct à Saint-Barthélémy-D'Anjou en Maine-et-Loire. Ce dernier était venu rendre visite à l'usine de masques la plus importante du pays. Il s'est confié sur la crise sanitaire inédite que traverse la France, tenant a rassurer les Français en expliquant que la capacité de fabrication de masques et respirateurs étaient en forte croissance.
Depuis le début du coronavirus, l'unité est demandée par le gouvernement, mais certains ne l'entendent pas de cette oreille.
Sous le feu de nombreuses critiques depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron, moqué par Pascal Praud, est vivement attendu au tournant face à la gestion de cette crise inédite. Et alors que le pic de l'épidémie n'a pas encore eu lieu dans l'hexagone, certains fustigent déjà. C'est pourquoi Emmanuel Macron a décidé de mettre les choses au clair une bonne fois pour toutes.

"Le temps viendra de la responsabilité"

Devant les caméras, le président de la République a tout d'abord affirmé que "quand on mène une bataille, on doit être uni pour la gagner. Et je pense que toutes celles et ceux qui cherchent déjà à faire des procès alors que nous n'avons pas gagné la guerre sont irresponsables".
Il ajoute ensuite "Le temps viendra de la responsabilité, ce temps est légitime et démocratique, et la transparence complète devra être faite".
Emmanuel Macron, interpellé avec véhémence par un médecin, a conclu son discours en lançant une pique "J'appelle celles et ceux qui construisent des certitudes avec les connaissances d'aujourd'hui quand ce n'étaient pas celles d'hier. Je pourrais retrouver les paroles de tous ceux qui vous expliquent les grandes difficultés et qui quelques jours avant ma première allocution du 12 mars expliquaient qu'il serait indigne de reporter les élections municipales, que tout ça est une mise en scène du gouvernement qui va trop loin". Un discours qui risque de faire vivement réagir.

Par J.F.

Réagissez à l'actu people