Politique

Christophe Castaner se justifie sur "l'attaque" de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (vidéo)

Christophe Castaner se justifie sur "l'attaque" de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (vidéo)

Vendredi 3 mai, Christophe Castaner a donné une conférence de presse pour revenir sur ses propos sur la soi-disant "attaque" de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière le 1er mai. Une séquence à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping.

L'exécutif est dans la tourmente. Mercredi 1er mai après la manifestation très violente à Paris, une scène a particulièrement fait parler, tant elle portait à confusion : des dizaines de manifestants ont tenté d'entrer dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, les premières vidéos montrant un mouvement de panique. Plusieurs ministres se sont alors immédiatement emparés de l'affaire sur les réseaux sociaux, notamment Agnès Buzyn et Christophe Castaner, ce dernier dénoncant une "attaque" d'un service hospitalier. Mais une nouvelle vidéo diffusée plus tard montre qu'il ne s'agissait pas de casseurs, mais simplement de manifestants non masqués qui voulaient se réfugier lors de la charge des forces de l'ordre et pour fuir les gazs lacrymogènes. Un véritable scandale a alors éclaté sur les réseaux sociaux et dans la classe politique.

"J'entends le reproche qui m'est fait"

De nombreux opposants au gouvernement, à commencer par Nicolas Dupont-Aignan et Adrien Quatennens, ont crié au scandale et demandé (une fois de plus) la démission de Christophe Castaner. Ce dernier a tenté de calmer la polémique et s'expliquer lors d'une conférence de presse ce jeudi. Le ministre de l'Intérieur a notamment reconnu ses torts : "J'entends le reproche qui m'est fait, d'avoir utilisé le mot 'attaque'. Je souhaite qu'aucune polémique n'existe sur ce sujet, et en le voyant l'être, je me dis que n'aurait pas dû l'employer" a-t-il admis face aux journalistes. Mais il n'a pas manqué de faire remarquer que les premières images donnaient une autre version de la scène, et que les autorités ne manqueront pas de faire toute la lumière sur cette scène. La justice a pourtant relâché hier soir tous les manifestants arrêtés sur les lieux...

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people