Politique

Chômage - Emmanuelle Cosse : "La jeunesse ne voit pas d’avenir" (vidéo)

Chômage - Emmanuelle Cosse : "La jeunesse ne voit pas d’avenir" (vidéo)

ZAPPING - Lors de ses vœux le 31 décembre dernier, François Hollande avait indiqué que l’emploi serait l’une des priorités de 2016, indiquant que 500 000 chômeurs allaient être mis en formation. Une action qui ne satisfait pas tout le monde.

Ce lundi, c’est Manuel Valls qui a reçu les principales formations syndicales et patronales pour entendre leurs propositions mais c’est bien le Président de la République qui détaillera le plan d’urgence pour l’emploi lundi prochain. Ce mardi matin, alors que certains dénoncent une façon de faire baisser artificiellement le chômage avant 2017, Myriam El Khomri s’est exprimée sur Europe 1. La ministre du Travail a rappelé que selon elle la courbe du chômage "s’inversera en 2016". "Il est audacieux de dire que c’est bon pour la compétitivité de notre économie que de former ces personnes aux métiers sous tensions, à la transition énergétique et au numérique. L’enjeu de notre plan est de créer de l’emploi et pas forcement de faciliter les licenciements" ajoute-t-elle avant de dire qu’ "en 2015, nous avons eu 46 000 créations nettes d’emplois. Nous sommes dans un phase de stabilisation".

Une baisse artificielle ?

Au micro de France Info, Emmanuelle Cosse, Secrétaire nationale d’EELV, a voulu mettre en lumière le ras-le-bol de la jeunesse. "La jeunesse ne voit pas d’avenir en terme d’emploi, de formation et de place. Il est important que l’ensemble du milieu économique et de la société civile se mobilisent sur les jeunes et ne soient pas simplement un slogan à chaque élection présidentielle" a-t-elle déclaré. Le Secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a quant à lui déclaré : "Il y a besoin d’actes concrets. Pour l’instant, la lutte contre le chômage se traduit surtout par des artifices pour faire diminuer le nombre de chômeurs". En revanche, pour Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre et Sénateur Les Républicains, faire baisser le chômage serait la meilleure façon d’affaiblir le Front National : "L’état d’urgence économique et social n’est toujours pas décrété. Sans un travail massif contre le chômage, on ne sera pas en guerre contre le Front National". L’économiste Thomas Piketty tente, lui, de remettre les pendules à l’heure : "Il y a eu une augmentation du chômage énorme donc effectivement, on peut espérer qu’à un moment, ça s’arrête d’augmenter, que ça se stabilise ou que ça s’arrête légèrement. Mais sur l’ensemble du quinquennat, on a quand même un bilan qui n’est pas bon".

 

 

Réagissez à l'actu people