Politique

A Calais, les migrants ne comptent pas abandonner

A Calais, les migrants ne comptent pas abandonner

Depuis le 1er janvier, le groupe Eurotunnel aurait intercepté plus de 37 000 migrants essayant de passer en Angleterre. Une situation qui semble empirer de jours en jours.

Depuis quelques jours, la situation est devenue explosive à Calais ! Plus de 3 000 migrants, qui ont fuit la guerre et qui n'ont plus rien à perdre, sont prêts à faire face aux renforts, aux murs et aux barbelés que les états français et britannique mettront sur leur route. Si les deux pays veulent arranger la situation, le gouvernement français, à l'image du ministre de l'Interieur Bernard Cazeneuve, tient à ce que "Le groupe Eurotunnel prenne également ses responsabilités. Notamment en ce qui concerne la sécurité au sein même de son site". En revanche, pour David Cameron, le Premier ministre britannique, "désigner des responsables est inutile". "Nous améliorerons la situation en travaillant avec les français et les compagnies ferroviaires, en mettant en place des mesures de sécurité supplémentaires et en augmentant l'investissement", Rajoute-t-il. Bernard Cazeneuve accuse Eurotunnel de ne pas agir en conséquence. "Le groupe Eurotunnel dont relève la sécurité de l'enceinte, n'a pas fait assez d'efforts concernant l'aggravation de la situation. Je souhaiterais que vous vous interrogiez davantage sur les moyens humains que vous entendez consacrer à la sécurisation de ce site". Eurotunnel s'est empressé de renvoyer la balle par le biais d'un communiqué où il est décrit que sa mission est avant tout le transport de personnes et que de lourds investissements ont déjà été réalisé. En effet, les effectifs de gardiennage ont été récemment doublé. "Eurotunnel a investi massivement dans les moyens physiques et humains de protection du terminal de Coquelles : 13 millions d'euros au premier semestre 2015" explique le groupe. Natacha Bouchard, la maire "Les Républicains" de Calais, elle, demande à ce que sa ville soit "indemnisée économiquement" par les britanniques. "Le Royaume-Uni a montré qu'il était en capacité de verser 25 millions d'euros pour sécuriser la frontière de leur territoire. Les britanniques doivent investir à Calais".

 

Malgré les plusieurs morts et les nombreux échecs de passer de l'autre côté de la Manche, les migrants ne veulent pas lâcher prise !

 

Ils tentent leur chance en groupe en utilisant juste des couvertures pour se protéger des barbelés et ainsi forcer le passage. Et même si les forces britanniques et françaises ont de nombreux moyens d’empêcher les migrants de passer, chaque nuit, plusieurs centaines de migrants tentent de s'introduire dans le tunnel sous la Manche. Ces migrants qui viennent du Soudan, du Pakistan ou encore d’Éthiopie pensent se diriger vers "le meilleur endroit" pour eux, notamment pour les conditions de travail plus favorables, pour la langue et pour les allocations moins élevés.

Réagissez à l'actu people