Politique

C à vous - Enrico Macias engagé en politique : Il évoque ses convictions (vidéo)

C à vous - Enrico Macias engagé en politique : Il évoque ses convictions (vidéo)

Dans "C à vous" ce 22 mars, Enrico Macias a évoqué sans tabou ses convictions politiques. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Ce vendredi 22 mars, Anne-Elisabeth Lemoine a reçu sur le plateau de "C à vous" Enrico Macias. Sur le plateau de l'émission diffusée sur France 5, le chanteur de 80 ans a accepté de donner son avis sur la politique et notamment sur le mouvement des Gilets jaunes. Celui qui estime ne pas pouvoir lutter en faveur du mouvement parce qu'il a "déjà assez à faire en étant pied noir" se dit néanmoins "touché" par le combat mené par les militants. "Ça me touche quand c'est collectivement parce que collectivement, on s'en sortira tout le temps", explique l'interprète du "Mendiant de l'amour". N'ayant pas peur de clamer ses valeurs politiques, Enrico Macias a beau se montrer "quelques fois à droite et quelques fois à gauche", il déclare "ne pas voter pour une idéologie, mais pour l'intérêt général de la France". Décidé à dire ce qu'il pense sans filtre, ce dernier avait d'ailleurs prévenu en 2017 qu'il comptait quitter son pays d'accueil si Marine Le Pen était élue.

"Que l'on paye les employés (…) de façon descente !"

À 80 ans, Gaston Ghrenassia pense avant tout aux retraités qui, "une fois qu'ils ont travaillé dur" obtiennent des retraites à son sens insuffisantes. Se positionnant pour l'égalité salariale, Enrico Macias souligne "ne pas être envieux" et être "d'accord que les gens s'enrichissent". Sincère, l'artiste déplore le manque de reconnaissance de certains salariés. "Au moins que l'on paye les employés à la mesure de la sueur de leur front et de façon descente", clame-t-il en ajoutant qu'il compte "se battre toute sa vie pour que les gens aient un niveau de vie supérieur et que les gens qui travaillent pour les autres ne soient pas exploités". Côté politique, Enrico Macias s'est rapproché de François Mitterand en 1988 puis quelques années plus tard de Nicolas Sarkozy ou encore d'Anne Hidalgo, quitte à froisser certaines amitiés.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people