Politique

Brice Hortefeux tacle Christiane Taubira : "Chez Les Républicains, ce sont les convictions. Chez eux, c’est la confusion" (vidéo)

Brice Hortefeux tacle Christiane Taubira : "Chez Les Républicains, ce sont les convictions. Chez eux, c’est la confusion" (vidéo)

ZAPPING - Alors que depuis plusieurs semaines le débat autour de la déchéance de nationalité fait rage, c’est finalement Manuel Valls qui portera cette mesure de la réforme constitutionnelle devant les Parlementaires. Quant à elle, Christiane Taubira reste en charge de la présentation de la loi pénale qui accompagnera la réforme. A droite, ça ne passe pas !

Depuis plusieurs semaines le débat autour de la déchéance de nationalité fait rage et c’est finalement Manuel Valls qui portera cette mesure de la réforme constitutionnelle devant les Parlementaires. A plusieurs reprises, Christiane Taubira avait critiqué cet aspect du texte. Il était donc difficile pour elle de défendre ce volet de la révision constitutionnelle. La Garde des sceaux reste néanmoins en charge de la présentation de la loi pénale qui accompagnera "les dispositions pour lutter contre le terrorisme". Une position délicate soutenue par les membres du gouvernement mais très critiquée à droite. A la gauche, certains étaient sur les plateaux télé et à la radio pour soutenir cette idée. Stéphane Le Foll, Porte-parole du gouvernement a dit : "C’est le Premier Ministre qui présentera la réforme constitutionnelle et la Garde des sceaux, la loi pénale qui va accompagner l’ensemble des dispositions pour lutter contre le terrorisme" avant de rappeler que "ce n’est pas la première fois que des Premiers Ministres portes des projets de réforme constitutionnelle". Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Education nationale, elle aussi, a défendu cette idée : "C’est elle (Christiane Taubira) qui portera la partie du texte qui porte sur la procédure pénale. C’est un sujet tellement important, on ne fait pas de révision constitutionnelle tous les 4 matins donc que ce sujet puisse être présenté au Parlement par le Premier Ministre, lui-même, ça me parait bien naturel". Et pour Jean-Vincent Placé, Co-président du groupe écologiste au Sénat, il s’agit d’ "un partage des rôles qui est tout à fait légitime".

Brice Hortefeux dézingue le gouvernement

Fermement opposés aux méthodes du gouvernement et dans l’attente que Chrstiane Taubira démissionne, les membres de Les Républicains sont montés au créneau. Comme Xavier Bertrand, Président Les Républicains de la Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie : "C’est dingue parce que le ministre de la Justice Garde des sceaux est en première ligne, normalement, qui est contre mais qui reste au gouvernement. Il y a juste une question de cohérence politique mais c’est plus un problème à régler pour le Président de la République et pour le Premier Ministre". De son côté, Brice Hortefeux, Ancien ministre de l’Intérieur, député européen Le Républicains, a été encore plus dur : "Chez nous, chez Les Républicains, ce sont les convictions. Chez eux, c’est la confusion. Ils défendent aujourd’hui ce qu’ils condamnaient hier. Mais permettez-moi de vous dire que je comprends le mal qu’a Madame Taubira à les suivre".

Réagissez à l'actu people