Politique

Barack Obama prend la défense d’un partisan de Donald Trump (Vidéo)

Barack Obama prend la défense d’un partisan de Donald Trump (Vidéo)

Depuis le début de campagne de Donald Trump, Barack Obama n’a jamais caché son hostilité envers le candidat. Pourtant lors d’un meeting en Caroline du Nord ce vendredi 4 novembre, le président américain n’a pas hésité à prendre la défense d’un partisan de Donald Trump qui se faisait lyncher par la foule. Une séquence que nous vous proposons de découvrir sur notre site Non Stop Zapping.

Alors que l’élection présidentielle américaine a lieu dans quelques jours, Donald Trump enchaîne les meetings. Mais alors qu’il se trouvait dans le Nevada ce samedi 5 novembre, le candidat a eu une belle frayeur sur scène. Alors qu’il était en plein discours, un homme a soudainement crié "arme", provoquant une panique générale dans la foule. Face au danger, deux agents secrets ont pris la décision d’évacuer en urgence Donald Trump. Heureusement, il s’agissait d’une fausse alerte et le candidat est finalement remonté sur scène quelques minutes plus tard : "Personne n'a dit que ce serait facile pour nous, mais rien ne nous arrêtera. Je veux remercier le Secret Service. Ces types sont fantastiques". Et Donald Trump fait également parler de lui même quand il n’est pas présent.

"Ne huez pas, votez !"

Alors que Barack Obama est lui aussi en tournée dans les Etats les plus indécis pour les votes entre Hillary Clinton et Donald Trump, il a dû faire face à un vétéran de l’armée américaine qui a brandit une carte "Trump" pendant son meeting à Charlotte en Caroline du Nord. Et alors que le partisan est hué par le public, Barack Obama prend sa défense et demande à la foule de se calmer : "Taisez-vous, s'il vous plaît, et concentrez-vous sur ce que je vais dire. Premièrement, nous vivons dans un pays qui respecte la liberté d'expression. Deuxièmement, il semble avoir servi dans l'armée, on doit respecter cela. Troisièmement, il est âgé et on doit aussi respecter nos aînés. Ne huez pas, votez !".

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people