Politique

Attentats de Bruxelles : Un sénateur de droite dérape sur la déchéance de nationalité (Vidéo)

Attentats de Bruxelles : Un sénateur de droite dérape sur la déchéance de nationalité (Vidéo)

Alors que ce mardi 22 mars, Bruxelles a été frappée par plusieurs attentats, au Sénat se déroulait le vote sur le projet de loi de réforme constitutionnelle qui comprend notamment la déchéance de nationalité. Et durant les échange entre les sénateurs, Jean-Louis Masson, l'élu de Moselle, a dérapé sur les binationaux. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Suite aux attentats qui ont touché la capitale belge Bruxelles, la journée de la classe politique française a été très agitée. En effet, après un tweet polémique de Bruno Le Roux, le chef du PS à l’Assemblée nationale s’est fait sévèrement tacler. "Attentats terroristes et protection de notre pays, la droite sénatoriale qui bloque la révision constitutionnelle est irresponsable", a-t-il ainsi écrit sur le réseau social. Puis, face au tollé provoqué par ses propos, il a tenu à s’expliquer sur "France 3" peu avant les "Questions au gouvernement". "Je regrette ce tweet que j'avais préparé hier soir pour le débat de cette après-midi au Sénat et qui est parti au moment où il y avait ces attentats. Et je regrette la confusion qui a pu être celle d'un tweet où je ne fais pas référence à Bruxelles, vous l'aurez noté", a-t-il expliqué.

"Un binational a mille fois plus de chances d'être radicalisé qu'un "Français de souche"

Mais mardi, se déroulait au Sénat le vote sur le projet de loi de réforme constitutionnelle. Et si ce projet a été adopté la partie sur la déchéance de nationalité a été réécrite. Mais durant les débats, Jean-Louis Masson, un élu de Moselle, a dérapé sur les binationaux. Ce n’est pas la première fois que le sénateur divers droite fait polémique. En octobre 2015, ses propos sur l’immigration avaient déjà choqués. "Tout à l’heure, on nous a dit que l’immigration avait conduit à des gens qui étaient de très bons Français, des Français remarquables. C’est vrai : Necker, Madame Curie, etc. C‘étaient des Français remarquables. Simplement, j’aurais aimé que la liste continue. Mohamed Merah, Amedy Coulibaly, ce sont les terroristes aujourd’hui ! L’immigration d’aujourd’hui, ce sont les terroristes de demain !", avait-il lancé. Et mardi, ce n’était beaucoup mieux. "On peut faire des statistiques. Si on fait des statistiques, on se rend compte qu’un binational a mille fois plus de chance qu'un 'Français de souche' d'être un extrémiste radical".

Réagissez à l'actu people