Politique

Attentats de Bruxelles : Le président turc Erdogan fait de terribles accusations sur la Belgique (Vidéo)

Attentats de Bruxelles : Le président turc Erdogan fait de terribles accusations sur la Belgique (Vidéo)

Recep Tayyip Erdogan s’est exprimé mercredi au sujet des attentats qui ont frappé Bruxelles mardi. Et le président turc a affirmé qu’Ibrahim El Bakraoui, l'un des trois kamikazes aurait été arrêté en Turquie en juin 2015 puis expulsé vers la Belgique avant d’être relâché. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Après les terribles attentats qui ont touché Bruxelles mardi, un grand nombre de chefs d’Etat se sont exprimés. Ainsi, François Hollande avait tenu à apporter le soutien de la France au peuple belge. "A travers les attentats de Bruxelles, c'est toute l'Europe qui est frappée (…) Nous devons veiller plus que jamais à notre unité, au plan européen, au plan mondial" mais "l'unité la plus indispensable, elle est au plan national et chacun doit avoir conscience que dans cette période, nous devons être dans le rassemblement, dans la cohésion et aussi dans la solidarité". Il a été suivi par le président américain Barack Obama : "C'est un nouveau rappel du fait que le monde doit s'unir, nous devons rester tous ensemble, quelle que soit notre nationalité, quelle que soit notre race ou quelle que soit notre foi pour combattre le terrorisme".

"La Belgique a considéré qu’il ne s’agissait pas d’un terroriste et il a été relâché"

Et mercredi, c’est le président turc Recep Tayyip Erdogan qui a pris la parole. "Nous pouvons réussir (dans le combat contre le terrorisme, NDLR) si les dirigeants internationaux forment une alliance contre le terrorisme. Pour ça, il nous faut redéfinir les notions de terrorisme mondial et de terroristes", a-t-il d’abord déclaré avant de faire des révélations troublantes : "Un de ceux qui ont participé à l'attaque à Bruxelles a été arrêté en juin 2015 à Gaziantep (une région proche de la Syrie, NDLR). Nous l’avons ensuite expulsé vers la Belgique et nous en avons informé l’ambassade belge. Malgré nos avertissements sur le fait qu’il s’agissait d’un combattant étranger, la Belgique a considéré qu’il ne s’agissait pas d’un terroriste et il a été relâché. Un responsable turc a ensuite précisé qu'il s'agissait d'Ibrahim El Bakraoui. En revanche, le ministre belge de la Justice Koen Geens a démenti cette information sur la "VRT". "Il s'agit plus que probablement d'un renvoi par la Turquie à la frontière syrienne. A ce moment, la personne concernée n'était pas connue chez nous pour terrorisme, c'était un criminel de droit commun en liberté conditionnelle. Lorsqu'il a été renvoyé, ça aurait été, selon l'information que le parquet fédéral m'a communiquée, vers les Pays-Bas et non vers la Belgique".

Réagissez à l'actu people