Politique

Attentat de Saint-Pétesbourg : Marine Le Pen accuse déjà le "fondamentalisme islamiste" (vidéo)

Attentat de Saint-Pétesbourg : Marine Le Pen accuse déjà le "fondamentalisme islamiste" (vidéo)

Seulement quelques heures après l'attentat à la bombe dans le métro de Saint-Pétersbourg (Russie) qui a fait 11 morts, Marine Le Pen a accusé le "fondamentalisme islamiste" avant même le début de l'enquête. Une déclaration hâtive à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping.

Il n'aura fallu que quelques heures à Marine Le Pen pour mettre un nom sur l'attaque qui s'est déroulée lundi 3 avril à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville de Russie. Une attaque à la bombe dans le métro de la ville qui a fait pour le moment 11 morts et 45 blessés, dont 6 toujours dans un état critique. Si l'explosion a bien été qualifiée d'attentat terroriste dans la soirée, ce n'était pas encore le cas lors de cette déclaration de Marine Le Pen. Surtout, le président russe Vladimir Poutine n'a toujours pas mis en cause qui que ce soit dans cette affaire, préférant attendre une revendication ou l'identification du ou des terroriste(s). La présidente du Front National, qui avait d'ailleurs rencontré Vladimir Poutine il y a 2 semaines à Moscou, n'a pas attendu jusque là. Pour elle il s'agit d'une nouvelle attaque provenant du "fondamentalisme islamiste", fléau contre lequel les grandes nations doivent s'allier pour combattre.

"Ce fondamentalisme islamiste qui use de l'arme terroriste"

"Je pense qu'il est plus que nécessaire que les grandes nations puissent agir ensemble contre ce fondamentalisme islamiste qui use de l'arme terroriste partout où il peut le faire" a déclaré Marine Le Pen au micro de la presse. Une déclaration très hâtive d'autant qu'en Russie la piste Tchétchène n'est pas écartée. Les tensions avec la petite région sont toujours omniprésente et les indépendantistes ont déjà fait l'usage de l'attaque terroriste à plusieurs reprises. Vladimir Poutine, qui a décrété hier soir un deuil national de 3 jours, n'a pas pour l'instant commenté les allégations de Marine Le Pen. Mais la présidente du Front National prouve une nouvelle fois que toute occasion est bonne pour instiguer la peur. Même si le bon coupable n'a pas été désigné ?

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people