Politique

Attentat de Nice : "l’émotion" de Jean Castex lors de l'hommage national (vidéo)

Attentat de Nice : "l’émotion" de Jean Castex lors de l'hommage national (vidéo)

Ce samedi 7 novembre, un hommage national a été rendu aux victimes de l’attentat du 29 octobre à Nice. Le Premier ministre a exprimé son "émotion". Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

En l'honneur des trois victimes tuées dans la basilique de Nice le 29 octobre lors d'une attaque au couteau, un hommage national s'est déroulé ce samedi 7 novembre. Sur les hauteurs de la ville, à la colline du Château, se trouvaient les prochent des victimes, deux femmes et le sacristain de l’église, avec le Premier ministre Jean Castex, trois autres membres du gouvernement, le maire LR de Nice Christian Estrosi, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, d’autres élus et toutes les autorités religieuses de Nice. Lors de sa prise de parole, le Premier ministre a partagé son "émotion", sa "compassion" et son "indignation". Alors que Nice a déjà été frappée par un attentat sur la Promenade des Anglais le 14 juillet 2016 qui avait fait 86 morts, Jean Castex a souligné que la ville "aura payé un lourd tribut" en étant "la cible du terrorisme". 

"Le terrorisme s'en prend à ce que nous sommes"

"Notre ennemi a un nom. C’est l’islamiste radical. C’est un ennemi qui recueille la complaisance de certains discours qui s’en font les complices. Un ennemi que la république combat sans relâche en mobilisant l’ensemble de ses forces", a-t-il déclaré. "Je suis venu apporter les condoléances de la nation toute entière" aux familles des victimes, a poursuivi Jean Castex en évoquant une "profanation" lors de l'attentat au coeur d'une église : "Il n’a pas uniquement profané un lieu de culte, il a aussi profané cet esprit d’accueil et d’hospitalité dont la ville de Nice a fait un idéal". "Le terrorisme s'en prend à ce que nous sommes, à ce qui fait notre identité, à notre liberté, à notre culture et enfin à nos vies. L'ennemi, nous le connaissons, non seulement il est identifié, mais il a un nom, c'est l'islamisme radical, une idéologie politique qui défigure la religion musulmane en détournant ses textes, ses dogmes et ses commandements pour imposer sa domination par l'obscurantisme et la haine", a déclaré Jean Castex. 

 

 

 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people