Politique

Afrique du Sud : Une terrible bagarre éclate en pleine séance du Parlement (Vidéo)

   / 5  
Afrique du Sud : Une terrible bagarre éclate en pleine séance du Parlement (Vidéo)
1
Afrique du Sud : Une terrible bagarre éclate en pleine séance du Parlement (Vidéo)
Les députés du parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF)
2
Les députés du parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF)
Irruption du service de sécurité
3
Irruption du service de sécurité
La bagarre commence entre les élus EFF et le service d'ordre de l’hémicycle
4
La bagarre commence entre les élus EFF et le service d'ordre de l’hémicycle
Violente bagarre lors de la séance de ce mardi 17 mai
5
Violente bagarre lors de la séance de ce mardi 17 mai

Ce mardi 17 mai, une importante et violente bagarre a éclaté en pleine séance du Parlement d'Afrique du Sud. En effet, une vingtaine de députés du parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique, n'ont pas hésité à se battre avec le service d'ordre de l’hémicycle. Ces derniers demandaient le départ du président Jacob Zuma. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Si en France les débats de l'Assemblée Nationale peuvent parfois s’avérer houleux, voir violents, ces derniers n'ont visiblement rien à envier à ceux d'Afrique du Sud. En effet, alors que la séance parlementaire de ce mardi 17 mai était en plein débat, cette dernière a été violemment interrompue. Alors qu'une vingtaine de députés du parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF) avaient revêtu leur traditionnelle combinaison rouge de mineurs, ces derniers n'ont pas pu aller au bout de leur démarche. En effet, au bout de quelques minutes seulement, un important nombre d'agents de sécurité de l’hémicycle ont fait irruption dans la salle. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ces derniers tenaient à en découdre avec les députés de l'EFF.

"C'est Zuma qui devrait partir"

Coups de poings et projectiles en tout genre c'est le triste constat de l'Assemblée de ce mardi 17 mai. Et si toute cette violence a eu lieu, c'est parce que les députés du parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique réclamaient le départ du président Jacob Zuma. « Le président a brisé son serment, il a délibérément violé la Constitution. C'est Zuma qui devrait partir. Nous avons écrit à votre bureau pour demander que Zuma ne soit pas autorisé à siéger au Parlement. » ont scandé les élus EFF avant de quitter l’hémicycle.

 

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people