Politique

Affaire Théo : François Hollande chahuté à Aubervilliers (vidéo)

Affaire Théo : François Hollande chahuté à Aubervilliers (vidéo)

En pleine affaire Théo, le chef de l’État était en déplacement à Aubervilliers ce mardi 14 février pour un déplacement sur le thème de la garantie jeunes. À son arrivée, François Hollande s’est fait fraîchement accueillir par les habitants. Une ambiance tendue captée par les caméras de LCI. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Le gouvernement est pointé du doigt dans l’affaire Théo. Certains politiques dénoncent le "silence" de Bruno Le Roux, le ministre de l’Intérieur tandis que l’opposition fustige l’attitude du gouvernement. Pour Marion Maréchal-Le Pen, invitée sur France 2 ce mardi, "il ne faut pas se contenter de recevoir des associations antiracistes en laissant entendre que ce serait le racisme le problème de fond alors que le problème c’est précisément le laxisme". "Il faut arrêter de fermer les yeux et d’acheter la paix sociale (…)", déclarait notamment la députée FN du Vaucluse.

Dans cette ambiance tendue, François Hollande s’est rendu à Aubervilliers. Le président de la République a été accueilli au son de "police violeurs, assassins", "justice pour Théo".  Le chef de l’État n’a pas réagi à ces remarques.

François Hollande demande le "respect" pour les jeunes et la police

A la fin de son déplacement, François Hollande a prononcé une allocution dans laquelle il a demandé le respect des jeunes contrôlés, mais aussi des policiers. "Je veux souligner qu’il n’y a pas de vie en commun s’il n’y a pas de respect. Le respect c’est celui qui est dû à ces jeunes lorsqu’ils sont contrôlés, lorsqu’ils sont eux-mêmes confrontés à des situations de violence. Et quand il y a des manquements ils doivent être clairement dénoncés et la justice saisie", a déclaré le chef de l’État. "J’ai eu moi-même l’occasion de rencontrer le jeune Théo qui a eu cette lucidité et cette dignité que de lancer un appel au calme. Respect, c’est celui que nous devons avoir à l’égard des institutions, de la police, de la justice (…)" a continué le président de la République. Reste à savoir si le message du président sera entendu… 

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people